•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On va marcher avec le poète Jacques Gauthier, à Champboisé

Des créateurs de l'Outaouais et de l'est ontarien nous font découvrir les lieux extérieurs qui les inspirent le plus dans la grande région de la capitale nationale.

Jacques Gauthier, souriant.

L’écrivain et poète Jacques Gauthier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’écrivain et poète Jacques Gauthier nous emmène faire un pèlerinage en nature dans le comté des Collines-de-l’Outaouais, dans un lieu fécond où les mots côtoient une paisible solitude.

La fin de l’adolescence et le passage à la vie d’adulte de Jacques Gauthier ont été façonnés par la musique tonitruante de Woodstock, puis enivrés par l’alcool et les effluves hippies des années 1970. C’est à la suite d’un voyage sur le pouce en Californie, en 1972, qu’il s’est éveillé à la spiritualité.

Cette révélation a donné un sens à la vie du jeune homme, alors âgé de 19 ans, mais en a surtout dicté la suite.

Son doctorat de théologie en poche, Jacques Gauthier est venu s’établir en Outaouais, en 1987, avec son épouse et leurs trois enfants... La quatrième est née l’année suivante! Il a enseigné à l’Université St-Paul, à Ottawa, durant une vingtaine d’années, et écrit quelque 80 titres, incluant un roman (Le secret d’Hildegonde) et une vingtaine de recueils de poésie, dont Au bord de la Blanche et Un souffle de fin silence, pour lequel il a remporté le Prix littéraire Le Droit dans la catégorie poésie, en 2018.

Pour réfléchir et guérir, l’auteur se tourne vers les paysages de Champboisé, un site ayant longtemps appartenu à la communauté eudiste et aujourd’hui géré par la Municipalité de L’Ange-Gardien, lui rappelant sa Mauricie natale. C’est là que les mots lui viennent.

Jacques Gauthier : écrivain, poète et accompagnateur spirituel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !