•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pasteur de Regina accusé d'homophobie

Le pasteur Terry Murphy, de la congrégation Regina Victory Church, en Saskatchewan.

Terry Murphy est pasteur depuis 25 ans, dont 13 ans à Regina. « J'ai une manière de m'exprimer qui est forte, je ne m'excuserai pas pour ça », soutient-il. (archives)

Photo : CBC / Matthew Howard

Radio-Canada

Dimanche dernier, le pasteur Terry Murphy, de la congrégation Regina Victory Church, a utilisé son sermon pour critiquer les jeunes membres de la communauté LGBT. Il y faisait référence en raison d’un sondage Gallup (Nouvelle fenêtre) (en anglais seulement) qui affirme qu’un adulte sur six de la génération Z (personnes nées après 1997) se considérait comme LGBT.

Si vous promouvez un choix, alors tous les choix deviennent acceptables, et les gens vont commencer à les choisir davantage, a-t-il affirmé dans son sermon diffusé en direct sur la page Facebook de la congrégation.

Terry Murphy a ensuite fait un parallèle avec une personne qui ferait le choix d'être une fille facile ou même d'être pédophile.

Le pasteur a ensuite encouragé ses fidèles à dénoncer la fluidité des genres auprès de leurs propres enfants.

Un message homophobe qui ne passe pas

De nombreux leaders religieux ou communautaires de Regina ne se disent pas surpris d’entendre une telle rhétorique, mais ils sont troublés qu’un tel discours soit tenu par une personne en position d'autorité.

Plusieurs d’entre nous croient que les choses ont changé, affirme le pasteur Russell Mitchell-Walker, lui-même homosexuel. Nous n’entendons pas beaucoup ce genre de désinformation qui engendre de l’homophobie et de la transphobie.

Malgré tout, de tels discours existent. L’homophobie peut mener à la haine, ce qui détruit l’estime des personnes qui se questionnent sur leur identité sexuelle. Cela augmente les risques de suicides.

De son côté, l’activiste LGBT Jacq Brasseur soutient que le sermon de Terry Murphy est dangereux et qu’une telle rhétorique mène à des dilemmes en ce qui a trait à la religion.

Moi aussi, j’ai une relation avec Dieu, tout comme le pasteur Murphy, dit Jacq Brasseur. Et cette relation me dit que Dieu m’aime. Dieu m’a fait comme je suis et m’a donné le cadeau d’aimer à ma manière.

Dieu trouvera un moyen de communiquer avec le pasteur et ses fidèles. Il leur dira que les membres de la communauté LGBT méritent aussi d’être aimés , ajoute Jacq Brasseur.

Je ne m’excuserai pas pour ça

Terry Murphy soutient qu’il ne voulait offusquer personne et que son sermon ne se voulait pas haineux.

J’ai grandi dans les années 50, alors je m’exprime d’une manière différente [de celle d’aujourd’hui], dit-il. Je ne m’excuserai pas pour ça. Je peux appeler quelqu’un qui a les mœurs légères de la manière que je veux. Nous sommes dans un pays libre.

Bien que la congrégation ait fait l'objet de nombreuses critiques, elle a également reçu plusieurs messages de soutien, affirme le pasteur.

Il rappelle que tout le monde est bienvenu dans sa congrégation, y compris les personnes LGBT.

Ce sont des comportements que nous tentons de modifier pour que nous puissions tous vivre en harmonie avec Dieu, ajoute-t-il cependant.

Avec les informations de Mickey Djuric

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !