•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La belle saison des Raptors 905 terminée dans la G League

Le club-école des Raptors de Toronto a été éliminé en demi-finale des éliminatoires

Alize Johnson, masque couvrant la bouche et serviette autour du cou, regarde le jeu se dérouler devant lui.

Alize Johnson a inscrit 26 points, mais ça n'a pas été suffisant pour éviter l'élimination.

Photo : Twitter/Raptors 905

Les Raptors 905, filiale de Toronto dans la ligue de développement de la NBA, ont vu leur belle saison prendre fin en demi-finale des éliminatoires de la G League, mardi. Les Blue Coats du Delaware ont mis un frein à leur séquence de neuf victoires de suite en l'emportant 127-100 pour accéder à la finale du championnat.

Après une saison passée à dominer leurs adversaires, les 905 n'ont pas su faire la leçon aux Blue Coats.

Le club-école des Raptors a montré ses premiers signes de faiblesse au deuxième quart, allant jusqu'à tirer de l'arrière par 17 points. L'équipe a trimé dur pour resserrer l'écart, elle s'est même approchée à cinq points de ses adversaires. Les Blue Coats ont mis les voiles par la suite, inscrivant 48 points au dernier quart contre 23.

Je pensais que le match était revenu à un état là où il était à notre portée, a évalué l'entraîneur-chef Patrick Mutombo.

Ils ont mis quelques tirs à trois points et on a eu quelques pertes de balle et puis on a perdu l'élan. On n'a jamais pu récupérer, c'était le coup fatal, a ajouté le Congolais.

L'ancien des Pacers de l'Indiana Alize Johnson a piloté la remontée des Raptors 905 au troisième quart. Il a enregistré 8 de ses 11 paniers, mais ça n'a pas été suffisant. Il a terminé le match avec une récolte de 26 points.

C'est décevant, mais il faut leur donner le crédit. Ils ont tout donné dans ce match et ils nous ont battus.

Une citation de :Patrick Mutombo, entraîneur-chef des Raptors 905

L'entraîneur-chef n'avait pas la tête à dresser un bilan de sa première année à la barre des 905, mardi soir. Il a tout de même reconnu le plaisir qu'il a éprouvé tout au long de la saison écourtée à Orlando, en Floride. Il ne souhaitait pas seulement gagner, mais aussi aider chacun de ses joueurs à progresser.

Quand on s'est adressé aux joueurs dans le vestiaire après le match, l'un d'eux a dit ''merci de m'avoir fait croire (en moi), merci de nous avoir fait croire (en nous)''. C'est ce dont je suis le plus fier, a dit Mutombo. Je suis si fier d'eux parce qu'ils m'ont permis de les diriger. Ils nous ont permis de les diriger et c'est quelque chose que je ne prends pas à la légère.

Nous n'avons pas réussi, mais nous avons essayé comme des fous, a-t-il conclu.

Au bout du compte, l'équipe de Mississauga a perdu le championnat, mais elle pourra toujours se targuer d'avoir terminé la saison au sommet du classement général pour la deuxième fois de son histoire.

Pour Patrick Mutombo, le succès passera toutefois par le nombre de joueurs qui obtiendront une chance de se faire valoir dans la NBA prochainement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !