•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des millions de dollars en contraventions de stationnement impayées

Une contravention sur une voiture à Regina, en Saskatchewan.

Selon la société SGI, les contraventions de stationnement impayées n'ont aucun impact sur le renouvellement d'un permis de conduire ou d'une plaque d'immatriculation (archives).

Photo : CBC / Bryan Eneas

Radio-Canada

À travers la Saskatchewan, de nombreuses personnes n'hésitent pas à laisser leurs contraventions de stationnement impayées atteindre des niveaux faramineux. Un Réginois a, par exemple, accumulé 68 000 $ en amendes impayées entre 2014 et 2018.

Dans la capitale provinciale, 30 résidents doivent à eux seuls 529 160 $ en contraventions de stationnement. Parmi eux, un seul n’a pas été contacté par une agence de recouvrement.

À Saskatoon, bien que la Ville parvienne à faire payer 95 % des contrevenants, c’est un montant total de 7,3 millions de dollars en amendes de stationnement qui est dû en date du mois de mars.

Du côté de Moose Jaw, la somme totale s'élève à 940 000 $, certaines contraventions datant de juin 2011.

Les cinq montants les plus importants pour des contraventions de stationnement impayées :

Regina :

  • 68 810 $
  • 31 050 $
  • 26 685 $
  • 24 660 $
  • 23 895 $

Saskatoon :

  • 10 260 $
  • 7740 $
  • 7354 $
  • 6000 $
  • 5120 $

Quelles ressources les municipalités ont-elles pour forcer les gens à payer leur dû?

En Saskatchewan, contrairement à d’autres provinces, les retards de paiement des amendes de stationnement n’ont aucun impact sur la possibilité de renouveler son permis de conduire ou ses plaques d’immatriculation.

Selon un porte-parole, la Ville de Regina peut utiliser tous les recours légaux pour s’assurer que les contraventions sont bel et bien payées .

Ces mesures peuvent aller jusqu’à la saisie du véhicule.

Un revenu essentiel pour les villes

Les municipalités comptent sur l’argent recueilli à travers les stationnements publics comme source de revenus.

Or, depuis le début de la pandémie, ces revenus sont de plus en plus minces.

Dans le budget proposé par la Ville de Regina pour 2021, on prévoit une baisse de 1,4 million de dollars en revenus de stationnement en raison du télétravail et de la diminution des déplacements.

La tendance n’est toutefois pas nouvelle.

Avec une stratégie misant davantage sur la sensibilisation de la population que sur la punition, la Municipalité observait déjà une baisse des contraventions liées au stationnement, et ce, même avant la pandémie.

Selon un ancien chercheur invité à l’Institut des Finances municipales et de la gouvernance, Harry Kitchen, cette perte de revenu devra être compensée autrement.

Le problème avec les villes, c’est qu’elles doivent diversifier leur entrée d’argent, mais les différentes options se font rares.

M. Kitchen croit que l’une des manières de remplacer la perte de revenu provenant des contraventions impayées pourrait être d’augmenter les impôts fonciers.

Si la Ville ne trouve pas l’argent à travers les amendes de stationnement, elle devra le trouver ailleurs.

Avec les informations de Mickey Djuric

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !