•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs étrangers devront s'isoler individuellement au Nouveau-Brunswick

Un travailleur mexicain travaille sur une ferme québécoise.

Depuis vendredi, les travailleurs étrangers temporaires qui arrivent au Nouveau-Brunswick doivent s’isoler individuellement dans leur chambre pour 14 jours.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

L’industrie agricole au Nouveau-Brunswick dénonce une nouvelle exigence du gouvernement provincial en lien avec l’arrivée des travailleurs étrangers temporaires.

Le directeur général de l’organisme La récolte de chez nous et porte-parole du nouveau collectif Agriculture NB, Maxime Gauvin dénonce ces nouvelles restrictions, d’autant plus que les décisions ont été prises sans consultation avec le secteur agricole.

Un homme dans un marché des fermiers

Maxime Gauvin de la Récolte de chez nous dénonce le manque de consultations avec l'industrie.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

C’est très dommage, il n’y a pas eu de conversations avec l’industrie. Ça ne touche pas seulement le secteur de l’agriculture, mais ça va aussi toucher le secteur des pêches.

Depuis vendredi, les travailleurs étrangers temporaires qui arrivent au Nouveau-Brunswick doivent s’isoler individuellement dans leur chambre pour 14 jours. Les règles stipulent aussi que les travailleurs doivent avoir accès à une salle de bain, une cuisine et une buanderie séparées.

L’année dernière, les travailleurs pouvaient s’isoler ensemble, par exemple dans une maison louée.

Des coûts imprévus

Les nouveaux critères vont vraisemblablement forcer les propriétaires d’entreprises qui embauchent ces travailleurs à les loger à l’hôtel, ce qui représente un coût très important selon Maxime Gauvin.

Les petits calculs rapides qu’on a faits [...] on a évalué que ça serait au moins 6000, 6500 $ par employé. Pour certains, c’est des dizaines d’employés, donc le coût peut augmenter extrêmement rapidement.

Une citation de :Maxime Gauvin, directeur général de l’organisme La récolte de chez nous et porte-parole d'Agriculture NB

La présidente de l’Alliance agricole du Nouveau-Brunswick, Lisa Ashworth, souligne de son côté qu’en Nouvelle-Écosse, il est permis pour les travailleurs de s’isoler ensemble et qu’à l’Île-du-Prince-Édouard l’isolement doit être fait de façon individuelle, mais que le gouvernement provincial absorbe la facture hôtelière.

Maxime Gauvin et Lisa Ashworth ne comprennent pas que les règles du Nouveau-Brunswick soient parmi les plus sévères au pays.

Des travailleurs exemptés des règles fédérales

Le gouvernement fédéral a imposé des règles strictes aux voyageurs qui entrent au pays, incluant une quarantaine obligatoire de trois jours.

Toutefois, les règles aux frontières ont été repoussées au 14 mars pour les travailleurs étrangers de l'industrie des fruits de mer et de l'agriculture.

Ce groupe est donc exempté d'ici là de s'isoler dans un hôtel désigné à leur point d'entrée au pays. Ces travailleurs doivent toutefois compléter leur quarantaine de 14 jours à destination.

Au Nouveau-Brunswick, de 2500 à 3000 travailleurs étrangers temporaires, tous secteurs confondus, participent annuellement à l'économie de la province.

Avec les informations de l'émission La Matinale d'ICI Acadie et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !