•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montgomery c. Ville de Montréal : l'administration ne portera pas la cause en appel

Le mairesse Montgomery en entrevue.

Sue Montgomery se réjouit que la Ville de Montréal ait décidé de ne pas porter en appel la décision du tribunal du 11 décembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Sean Henry

Une page se tourne sur un important volet de la saga judiciaire opposant la Ville de Montréal à la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery.

La principale intéressée a annoncé mardi soir avoir appris que l'administration avait décidé de ne pas porter en appel la décision rendue en décembre dernier par la Cour supérieure du Québec pour mettre fin aux directives empêchant sa directrice de cabinet Annalisa Harris de communiquer avec les fonctionnaires de l’arrondissement.

Dans une déclaration transmise à Radio-Canada, Mme Montgomery demande à Valérie Plante de s'excuser auprès de la population de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Elle exige aussi que la mairesse présente à Mme Harris des excuses publiques [...] pour avoir fait de sa vie un véritable enfer au cours de l'année écoulée.

Selon elle, un examen indépendant s'impose sur l'enquête bâclée du contrôleur général Alain Bond, qui a fourni à celle-ci les munitions nécessaires pour la chasser de Projet Montréal, il y a maintenant 14 mois.

Portrait d'Annalisa Harris près d'une intersection.

Annalisa Harris est la cheffe de cabinet de la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce Sue Montgomery.

Photo : Radio-Canada / Benoit Chapdelaine

L'affaire a éclaté en janvier 2020, lorsque Mme Montgomery, qui dirige l'arrondissement le plus populeux de la métropole, a été écartée du parti au pouvoir après avoir refusé de congédier sa directrice de cabinet, visée par des allégations de harcèlement psychologique.

Depuis, l'affaire a pris d'énormes proportions. D'ailleurs, la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce n'en a pas fini avec la Commission municipale du Québec (CMQ), a souligné la Ville de Montréal mardi soir, en confirmant qu'elle ne ferait pas appel du jugement de la Cour supérieure.

Des audiences sont prévues le mois prochain devant la CMQ, qui sera appelée à se prononcer sur une vingtaine de manquements déontologiques présumés. Mme Montgomery avait réclamé un arrêt des procédures l'été dernier, mais sa demande a été rejetée en janvier.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.