•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Noovo Info fait le pari d’informer autrement

Montage des photos de deux femmes et de deux hommes.

Noémi Mercier, Lisa-Marie Blais, Michel Bherer et Meeker Guerrier.

Photo : Bell Média

Radio-Canada

Bell Média a dévoilé mardi les détails de son nouveau service d’information multiplateforme baptisé Noovo Info, qui se déploiera sur la chaîne Noovo avec Noovo Le fil. Ce bulletin de nouvelles sera diffusé tous les jours à partir du 29 mars. Un site consacré à l’information sera également lancé en septembre.

La cheffe d’antenne Noémi Mercier présentera un bulletin de nouvelles national à 17 h. À 17 h 30, Lisa-Marie Blais animera, depuis le studio de Québec, un bulletin régional comprenant les nouvelles des stations affiliées, alors que Noémi Mercier offrira une demi-heure de nouvelles montréalaises. 

La même formule s'appliquera pour le bulletin de 22 h, avec Michel Bherer à la barre. Cependant, le bulletin national ne durera que 10 minutes pour ensuite se diviser entre Montréal et les régions à 22 h 10, toujours avec Lisa-Marie Blais à l’animation pour les nouvelles régionales. 

Un seul bulletin national – de 60 minutes celui-là – sera présenté, et ce, par Meeker Guerrier les fins de semaine à 9 h.

Aux reportages préparés par les journalistes s’ajouteront les points de vue d’une équipe de collaborateurs et collaboratrices qui comptera notamment le chroniqueur de La Presse Yves Boisvert, les ex-femmes politiques Marie Grégoire et Louise Harel, ou encore l’historien Laurent Turcot.

4 antennes en région

La salle de nouvelles de Noovo comptera près d'une quinzaine de journalistes à Montréal et une autre quinzaine à ses antennes de Québec, Sherbrooke, Saguenay et Trois-Rivières.

Les dernières années ont été plutôt souffrantes pour l'industrie journalistique au Québec. On a eu beaucoup de salles de nouvelles qui ont fermé, a rappelé Jean-Philippe Pineault, le directeur général de l'information chez Bell Média.

Une démocratie en santé, c'est une démocratie qui est bien informée. Donc, d'avoir des journalistes, une nouvelle voix, des journalistes présents sur le terrain pour raconter des histoires avec un nouvel angle, ce ne peut qu'être bénéfique pour tout le monde.

La création de ces postes de journalistes en région arrive alors que, selon le Centre d'études sur les médias de l'Université Laval, 34 hebdomadaires régionaux ont disparu entre 2006 et 2016, et une autre dizaine ont fermé depuis.

On veut vraiment être le reflet de nos régions, a expliqué Suzanne Landry, vice-présidente au développement de contenu, programmation et information chez Bell Média.

Au Québec, les gens accordent une très grande importance à la nouvelle locale, a-t-elle ajouté. On s'intéresse à ce qui se passe chez nous, et, dans cet esprit, on va diffuser nos éditions locales dans cinq marchés, et vont s'ajouter nos journalistes qui travaillent dans huit régions quand on ajoute les journalistes de la radio.

Sortir des codes traditionnels

En plus de valoriser l’information régionale, Noovo Info se veut également une troisième voie, complémentaire à ses concurrentes Radio-Canada et TVA. Plutôt que de miser sur l’info en continu, elle vise à apporter un éclairage différent à l’actualité et à dénicher l’angle mort de certains sujets. On souhaite avoir du recul, a résumé Jean-Philippe Pineault. 

Noovo Le fil ne sera pas structuré sous une forme traditionnelle avec des rubriques fixes traitant de l’actualité sportive ou culturelle comme le font habituellement les bulletins de nouvelles. La décision de parler ou pas d’une nouvelle thématique variera donc selon l’actualité du jour. 

On n’aura pas ce carcan de dire que le Canadien a perdu [la veille], a précisé Meeker Guerrier.

En ce qui concerne les nouvelles internationales, Noovo Info travaille à se bâtir un réseau de journalistes sur le terrain partout dans le monde. 

Représenter le Québec dans sa diversité

Autre préoccupation de Noovo Info : mettre l’accent sur la diversité. On souhaite être le reflet du Québec d’aujourd’hui, c’est une condition sine qua non, a souligné Jean-Philippe Pineault. 

Qualifiant la diversité de préoccupation de tous les instants, Noémi Mercier a ajouté que pour les sujets abordant les questions raciales, par exemple, les personnes touchées auront la parole en premier.

En faisant de l’information autrement, Noovo Info vise aussi à s’adresser à la jeune génération. Noovo profite d'un public qui est plus jeune, qui consomme des nouvelles des médias de tout ordre via les réseaux sociaux, les plateformes numériques. Puis, dans cet univers numérique, il y a beaucoup de désinformation, il y a des médias alternatifs qui n'offrent pas de la nouvelle de qualité, a déclaré Jean-Philippe Pineault.

Pour nous, c'est une occasion d'offrir à ce public, à cette jeune génération, des nouvelles de qualité, de l'information de qualité vérifiée selon les standards élevés de la pratique.

Pour accompagner le lancement de son offre d'actualité télévisée, Noovo diffusera le 25 mars son documentaire Le défi de l’info sur l’état actuel de l’information au Québec. 

Un très gros défi

Le hasard a voulu que Noovo Info soit présenté aux médias le jour où est annoncée la fermeture des salles de nouvelles du Huffpost Québec et du Huffpost Canada après une décennie d’existence. 

Noovo Info relèvera-t-elle son pari alors que les médias sont en crise et que les revenus publicitaires baissent? Rappelons que Bell Média s’était engagé à créer ce service d’information lors de l’acquisition de la chaîne V, renommée Noovo. 

Cela va être un très très gros défi à relever, a indiqué Patrick White, professeur en journalisme à l'École des médias de l'UQAM, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Il va falloir que la présentation [de l’information] soit différente et que la valeur ajoutée soit au rendez-vous, a-t-il ajouté. 

Si Patrick White se réjouit de voir un nouveau joueur embaucher des journalistes, s’implanter en région et prendre place aux côtés de Radio-Canada ainsi que de TVA, il se montre sceptique quant à la rentabilité de Noovo Info.

[La question] est : est-ce que ce sera rentable? Selon moi, non. Combien de temps Bell Média va accepter des pertes pour son service d’information? On va tenter d’aller chercher des cotes d’écoute, mais Radio-Canada et TVA Nouvelles sont très bien installés en information depuis des dizaines d’années.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !