•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'armée et la Croix-Rouge aident la nation crie Mathias Colomb touchée par la COVID-19

Mardi, on comptait 101 cas de COVID-19 dans la communauté, selon la chef Lorna Bighetty.

Gros plan sur la main d'une personne qui tient une fiole du vaccin et aspire une dose dans une seringue.

La chef Lorna Bighetty affirme avoir demandé l'aide des Services aux Autochtones Canada et des Forces armées canadiennes dès le début de la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

L’armée et la Croix-Rouge sont en chemin pour aider la Première Nation crie Mathias Colomb à lutter contre une éclosion de cas de COVID-19. La communauté, située à 710 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg, comptait 101 cas de COVID-19 mardi, contre seulement 10 une semaine avant, selon sa chef, Lorna Bighetty.

Quatre membres des forces armées canadiennes se trouvent déjà sur place pour évaluer la situation, et d’autres devraient les rejoindre bientôt.

La Croix-Rouge est également en route pour aider notre communauté, a déclaré Mme Bighetty, lors d'une conférence de presse organisée mardi par Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO).

La chef de la Première Nation crie, également connue sous le nom de Pukatawagan, a dit avoir demandé l’aide de Services aux Autochtones Canada et de l’armée immédiatement après le début de l’éclosion. Je savais que nous n'allions pas être capables de protéger la santé et la sécurité de la communauté, a-t-elle expliqué.

Les militaires qui interviendront dans la Première Nation de 3000 habitants aideront à tenir un poste de soins et à diffuser les messages de la santé publique dans les prochains jours.

Jusqu'à présent, seulement 200 personnes de la communauté ont reçu les deux doses du vaccin Moderna.

Cinq membres de la Croix-Rouge envoyés dès que possible

Malgré cela, Lorna Bighetty pense que le vaccin a donné à certains membres de la communauté un faux sentiment de sécurité.

C’est quand les gens ont commencé à recevoir leurs vaccins que tout est devenu incontrôlable, a dit Mme Bighetty.

Le porte-parole de la Croix-Rouge au Manitoba, Jason Small, a fait savoir qu'une équipe de cinq membres serait déployée dans la Première nation dès que possible.

L'équipe fournira un soutien, si nécessaire, aux dirigeants de la communauté et aux autres autorités compétentes dans la réponse à COVID-19 dans la communauté, a-t-il ajouté.

Pas de demande d’assistance officielle

Les Forces armées canadiennes indiquent que les militaires sur place proviennent de la base de Shilo, au Manitoba.

Cette évaluation a été effectuée afin que les Forces armées puissent être préparées si une demande formelle d'aide est reçue des autorités provinciales, précise l’armée dans un courriel.

Elle ajoute qu’elle ne peut pas faire des hypothèses sur l’assistance qui pourrait être fournie, car les discussions sont en cours et nous n’avons pas encore de demande d’assistance officielle.

Le 4 mars, un communiqué de presse provincial a indiqué que les responsables de la santé publique étaient préoccupés par l'évolution du nombre de cas dans la Première Nation crie Mathias Colomb et qu'ils travaillaient avec sa chef, le conseil et d'autres partenaires pour remédier à la situation.

Avec les informations de Rachel Bergen et Julien Sahuquillo

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !