•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault évoque le retour des visites à domicile une fois les aînés vaccinés

Le premier ministre a laissé entendre qu'il s'agissait d'une question de « semaines » avant que les 65 ans et plus soient vaccinés.

François Legault et Christian Dubé marchent dans un corridor. Ils portent chacun un couvre-visage.

Le premier ministre Legault a dit talonner son ministre de la Santé, Christian Dubé, afin que la province passe le plus rapidement possible à la vaccination des 65 ans et plus au Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le premier ministre François Legault aimerait pouvoir permettre le retour des visites à domicile, une fois que les personnes âgées de 65 ans et plus auront été vaccinées. Mais la santé publique n'est pas prête à lui faire de promesses de ce côté.

Fort de la vitesse de croisière de la campagne de vaccination en cours, le premier ministre a déclaré mardi que les personnes les plus vulnérables, particulièrement les 65 ans et plus, étaient son obsession.

Une fois que tous les 65 ans vont être vaccinés, j’espère qu’on va pouvoir commencer à avoir de la visite à la maison, a-t-il dit en conférence de presse, en jetant des regards au directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Il semblait me dire oui, avec des réserves, évidemment, a ajouté le premier ministre.

« C’est certain que, quand on va avoir vacciné toutes les personnes de 65 ans et plus, [...] ça va être une situation complètement différente. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Disant talonner son ministre de la Santé, Christian Dubé, pour procéder le plus rapidement possible à la vaccination de ce groupe d'âge, le premier ministre a fait savoir qu'il pourrait s'agir d'une question « de semaines ».

Ça s'en vient, a-t-il assuré, sans pour autant évoquer un échéancier.

Le directeur national de santé publique a toutefois tempéré les attentes du premier ministre. Chose certaine, il est impossible d'évoquer un retour des visites d'ici Pâques, a-t-il indiqué. On n'aura pas encore couvert l'ensemble de la population avec la campagne de vaccination, a-t-il expliqué.

Lorsque la couverture vaccinale sera suffisamment élevée, a poursuivi le Dr Arruda, on va probablement permettre à deux familles de se voir. Il est toutefois encore trop tôt pour moi pour vous donner une réponse, a-t-il ajouté.

Ces discussions surviennent au moment où les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale autorité fédérale en matière de santé publique aux États-Unis, ont autorisé les petits rassemblements de personnes ayant reçu les deux doses de vaccin, et ce, sans masque ni distanciation sociale.

Horacio Arruda, François Legault et Christian Dubé sont assis côte à côte. Le premier ministre parle tandis que le Dr Arruda le regarde.

Le Dr Horacio Arruda (à gauche) a tempéré les attentes du premier ministre François Legault (au centre). Selon lui, impossible de promettre que suffisamment de personnes auront été vaccinées d'ici Pâques pour permettre de nouveaux assouplissements des mesures sanitaires, comme les rencontres à domicile.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le Dr Arruda a rappelé l'importance de respecter la vitesse à laquelle les autorités québécoises procèdent aux assouplissements des mesures sanitaires si on ne veut pas revenir en arrière.

D'autant plus que ceux qui reçoivent le vaccin ne sont pas instantanément protégés contre la COVID-19. Bien que la première dose soit jugée très efficace, il faut tout de même attendre de deux à quatre semaines avant qu'elle offre une protection optimale.

La campagne de vaccination sur le point d'être élargie à Montréal

Le Québec obtiendra par ailleurs un peu plus de doses que prévu, a fait savoir le ministre Dubé. Ainsi, 1,1 million de doses seront reçues d'ici la fin mars, ce qui portera le total des vaccins reçus entre décembre et la fin de ce mois-ci à 1,7 million.

C’est un peu plus qu’on pensait, et c’est pour ça que le premier ministre me met beaucoup de pression pour les sortir [les doses] le plus rapidement possible, a lancé Christian Dubé.

Grâce à ces arrivages de vaccin, des plages horaires ont été ajoutées mardi et mercredi dans le Grand Montréal.

D'ici vendredi, l'âge minimal pour prendre rendez-vous dans la région métropolitaine pourrait encore baisser, a prévenu le ministre Dubé. On veut aller aux 65 ans et plus le plus vite possible, a-t-il résumé.

Mardi, la campagne de vaccination s'est élargie aux 75 ans et plus dans plusieurs régions du Québec. Pour l'heure, seules Montréal, Laval, l'Abitibi-Témiscamingue et la Côte-Nord permettent la prise de rendez-vous dès 70 ans.

Jusqu'à présent, 581 028 doses de vaccin contre la COVID-19 ont été administrées au Québec, dont 188 410 chez les 80 ans et plus.

Chez les 70 à 79 ans, 109 114 doses ont été inoculées, tandis que les 60 à 69 ans comptent pour 50 113 des doses administrées, selon les chiffres du MSSS.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Avec 650 nouveaux cas de COVID enregistrés au cours des dernières 24 heures, le Québec est bien loin des bilans quotidiens au-delà de la barre des 1000 infections au retour du temps des Fêtes.

Les hospitalisations sont en déclin depuis plus d'une semaine déjà, ce qui provoque une baisse du délestage, a souligné le ministre de la Santé. Au public comme au privé, la proportion des activités délestées est passée de 23 % à 18 % depuis la semaine dernière.

À ces signes encourageants s'ajoute le fait que le Grand Montréal a été en mesure, jusqu'ici, de contrôler la propagation des variants de la COVID-19, a salué le ministre Dubé.

La région, qui compte 50 % des cas liés aux variants recensés dans la province, a vu la proportion des tests positifs passer de 14 % à 18 % au cours des deux dernières semaines. Cette faible augmentation, selon M. Dubé, démontre que les autorités sanitaires de Montréal ont su contenir les variants.

À la lumière des données récoltées au cours de la semaine de relâche, au cours de laquelle le gouvernement a accordé quelques assouplissements aux Québécois, le premier ministre Legault pourra prendre des décisions importantes la semaine prochaine, a ajouté le ministre de la Santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !