•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cégeps de régions se regroupent pour faire entendre leur voix

La nouvelle façade du cégep de Sept-Iles

Le cégep de Sept-Iles fait partie des 12 établissements qui s'allient.

Photo : Alain James Dubé

Douze cégeps de régions éloignées du Québec, dont tous les cégeps de l’Est-du-Québec, annoncent la création d’un regroupement qui doit leur permettre de mieux faire entendre leur voix et représenter leurs intérêts.

Le Regroupement des cégeps de région (RCR) compte agir comme interlocuteur auprès du ministère de l’Enseignement supérieur.

Ses membres indiquent qu'ils veulent assurer l'accessibilité à la formation collégiale en région, augmenter le potentiel attractif des établissements et favoriser la mobilité étudiante, tant entre les régions qu’à l’international.

Le RCR précise qu’il ne tourne pas le dos à la Fédération des cégeps qui regroupe les 48 institutions scolaires de la province. Il compte toutefois faire valoir les intérêts particuliers des cégeps de région.

On n’est pas en porte-à-faux, loin de là, avec la Fédération des cégeps

Une citation de :Gilles Déry, président du conseil d'administration du Cégep de Chicoutimi

Un regroupement similaire des cégeps de la région de Montréal existe déjà depuis plus de 30 ans.

L'entrée principale du Cégep de La Pocatière.

Le Cégep de La Pocatière (archives)

Photo : Radio-Canada

Sans considérer que le RCR sera en compétition avec cette organisation, Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière, croit que le nouveau regroupement régional pourra cependant agir comme un contrepoids.

Elle explique que les cégeps de Montréal prévoient une augmentation de leur clientèle et demande aux ministères les moyens d’augmenter leur capacité d’accueil d’étudiants.

De leur côté, les cégeps du RCR peuvent craindre, indique-t-elle, que l’agrandissement des cégeps urbains accélère l’exode des étudiants de région vers les grands centres.

Le recrutement au cœur des préoccupations

Les cégeps de l’Est-du-Québec ont donc de grandes attentes à l’endroit de ce regroupement, surtout concernant le recrutement d’étudiants.

Marie-Claude Deschênes estime qu’il faut faciliter l’attraction des étudiants dans les régions et améliorer les infrastructures.

On s’attend à des investissements dans nos infrastructures, à une voie privilégiée pour une offre de programme dans nos régions et un programme de mobilité interrégionale et internationale qui va être bonifiée.

Sur la Côte-Nord, le directeur général du Cégep de Baie-Comeau, Claude Montigny, est aussi de cet avis.

Il y a 30 % de notre population étudiante qui provient de l’extérieur de la région, dont à peu près 15 % de l’international, dit-il. C’est les prévisions démographiques qui sont une menace et qu’on doit contrer par nos initiatives de recrutement et de développement.

La directrice générale du Cégep de la Gaspésie et des Iles, Yolaine Arseneau, souhaite elle aussi attirer de nouveaux étudiants et d’offrir de nouveaux programmes d’études.

On a un 600 places de disponibles en Gaspésie et aux Îles et on aimerait bien voir ces places-là comblées par des étudiants qui pourraient venir des grands centres. On a beaucoup d’intérêt aussi pour l’ajout de programmes exclusifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !