•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario aurait écarté des mesures dans les foyers par souci d'économie

Un homme et une femme sont assis et portent tous deux un masque.

En Ontario, la deuxième vague de COVID-19 a été plus meurtrière que la première dans les foyers de soins de longue durée.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Des propositions pour protéger les foyers ont été jugées trop coûteuses pour être adoptées, selon des experts qui conseillent le gouvernement Ford en matière de prévention des infections.

Le témoignage de la Dre Allison McGreer devant la Commission d'enquête sur les foyers pour aînés le 5 mars, dont les transcriptions viennent d'être rendues publiques, a fait bondir l'opposition officielle à Queen's Park.

L'infectiologue à l'Hôpital Mont Sinaï de Toronto et membre de la Table de consultation scientifique de la province sur la COVID-19 a affirmé devant la commission qu'un certain nombre de propositions ont été présentées au ministère de la Santé, mais ont toutes été considérées comme trop coûteuses.

Parmi les mesures rejetées à l'approche de la deuxième vague, on compte notamment celles de rediriger des ressources hospitalières vers les centres de soins et de reloger les aînés qui vivent dans des établissements où jusqu'à quatre personnes partagent une chambre.

Une préposée aux bénéficiaires aidant une aînée à marcher.

Les foyers de soins de longue durée ont été durement touchés par la pandémie.

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Il y a eu des discussions pour faire comme à Hong Kong ou en Israël, où les résidents ayant été déclarés positifs sont retirés des foyers [et placés dans des hôpitaux de fortune], mais cela ne s'est jamais produit, a expliqué la Dre McGreer.

Son collègue, le Dr Samir Sinha, qui conseille également la province, a ajouté avoir recommandé au gouvernement Ford d'emboîter le pas au Québec et de lancer une campagne massive de recrutement de préposés aux bénéficiaires. Cela n'a pas été fait avant la fin de la deuxième vague.

Pour être franche, je crois que le ministère pensait que les problèmes avaient été réglés et n'était pas d'avis qu'il fallait dépenser cet argent.

Une citation de :Extrait du témoignage de la Dre Allison McGreer, infectiologue à l'Hôpital Mont Sinaï de Toronto

Selon la Dre McGreer, ses collègues et elle ont cessé de presser le gouvernement sur ces enjeux à l'automne, car ils n'avaient plus espoir que la province soit prête à investir les fonds nécessaires.

La deuxième vague de COVID-19 a été plus meurtrière que la première dans les foyers de soins de longue durée en Ontario. Au total, près de 4000 aînés sont morts du virus dans la province.

Méprisable et cruel

La cheffe du NPD, Andrea Horwath, a réagi mardi en affirmant qu'il était méprisable, froid et cruel que le gouvernement Ford ait privilégié des considérations budgétaires alors que les parents et les grands-parents des Ontariens tombaient malades et mouraient de la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée.

En période de questions, le premier ministre Doug Ford et sa ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton, ont rejeté ces allégations.

Nous avons fait tout en notre pouvoir pour prévenir la deuxième vague et nous n'avons pas épargné un sou pour le faire.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Les commissaires doivent rendre leur rapport définitif d'ici la fin d'avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !