•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accorde un prêt de 56 M$ à l'usine Alstom de La Pocatière

L'usine de Bombardier à La Pocatière.

L'entreprise Alstom, propriétaire des anciennes usines de Bombardier Transport, pourra compter sur un prêt de 56 millions de dollars de la part de Québec.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

L'entreprise Alstom, propriétaire des anciennes usines de Bombardier Transport, pourra compter sur un prêt de 56 millions de dollars avec possibilité de pardon de la part du gouvernement du Québec pour moderniser son usine de La Pocatière.

Avec cette somme, Alstom pourra, dès avril, procéder à l'acquisition de nouveaux équipements et à la réfection des installations, notamment pour robotiser certains procédés afin d'accroître la productivité de l'usine.

Ces investissements doivent permettre à l'entreprise d'accepter de nouveaux contrats et ainsi de rappeler certains employés au travail.

Pierre Fitzgibbon, Marie-Eve Proulx et David Van der Wee, en conférence de presse à l'usine de La Pocatière.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx et David Van der Wee, représentant d'Alstom, en conférence de presse à l'usine de La Pocatière.

Photo : Radio-Canada

L'objectif de Québec est d'assurer le maintien d'un minimum de 400 emplois jusqu'en 2026, et par la suite d'au moins 350 emplois jusqu’à la fin de 2029.

Si ces niveaux sont respectés, le prêt sera pardonné à 100 % et n'aura donc pas à être remboursé. À l'inverse, si Alstom ne rencontre pas cette exigence, l'entreprise devra rembourser le prêt avec intérêts.

Les 400 emplois pour 2026 et 350 jusqu'en 2029, c'est un niveau minimum. Sans mettre de pression à mes collègues d'Alstom, on s'attend à beaucoup plus d'emplois que ça. On vise des chiffres plus élevés.

Une citation de :Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

Or, ce seuil minimum de 400 employés ne sera atteint qu'à la fin de 2022, puisqu'entre temps, certains employés devront retourner à la maison, faute de travail.

Le représentant d'Alstom, David Van der Wee, explique que lorsque les contrats avec la STM et Metrolinx, à Toronto, seront terminés à l'été 2021, la majorité des travailleurs de l'usine de La Pocatière seront mis à pied temporairement.

Aussi tôt qu'en avril, une séquence de mises à pied va commencer. Ça va nous amener à la fin de l'année à un niveau d'une centaine d'emplois, si rien d'autre ne change. Ce niveau va être soutenu jusqu'à la deuxième moitié de 2022 où on va commencer à augmenter la cadence de production pour Vancouver et New Jersey. À ce moment-là, on va être capable d'aller chercher le minimum de 400 emplois, précise M. Van der Wee.

Le contrat pour Vancouver consiste en une commande de 205 wagons de SkyTrain, tandis que le contrat pour l'État américain du New Jersey vise la fabrication de composantes d'acier.

Pierre Fitzgibbon.

Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, espère qu'en modernisant ses installations de La Pocatière, Alstom puisse remporter davantage d'appels d'offres.

Photo : Radio-Canada

Dans les derniers mois, plusieurs élus du Kamouraska avaient sollicité une rencontre avec le premier ministre François Legault afin de discuter de l'avenir de l'usine de La Pocatière et des solutions à privilégier pour éviter d'éventuelles mises à pied.

Leurs appels semblent avoir été entendus. Avec ce prêt, le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, veut sécuriser les emplois jusqu'en 2029, mais aussi permettre à l'usine d'Alstom de remporter davantage de contrats à l'avenir.

L'intention du gouvernement, indirectement, c'est de rendre La Pocatière la plus compétitive possible pour que quand un appel d'offres va arriver, qu'ils gagnent le contrat.

Une citation de :Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

La ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, était également à La Pocatière mardi matin pour procéder à cette annonce aux côtés du ministre Fitzgibbon.

En assurant la réalisation de nouveaux contrats ici, notre gouvernement sécurise les emplois de l'usine de La Pocatière, tout comme ceux des quelque 200 entreprises qui dépendent de son activité, a affirmé la ministre Proulx.

Alstom a fait l'acquisition de la division ferroviaire de Bombardier en janvier pour 3,6 milliards de dollars américains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !