•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget de 200 000 $ pour étudier la ventilation dans les écoles néo-brunswickoises

Une pile de livres sur un pupitre près de fenêtres dans une classe.

Nombre d'écoles n'ont pas de système de ventilation mécanique, d'où l'idée d'ouvrir les fenêtres régulièrement pour aérer (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick prévoit un budget de 200 000 $ pour effectuer des tests de ventilation dans les écoles. En pleine pandémie, le Parti vert aurait aimé voir des mesures plus concrètes et immédiates.

Une soixantaine d’écoles sur 294 au Nouveau-Brunswick n’ont pas de système intégral de ventilation. Trois d’entre elles sont francophones : l’Académie Assomption à Bathurst, l’école Blanche-Bourgeois à Cocagne et l’école Calixte-F.-Savoie à Sainte-Anne-de-Kent.

En réponse à la pandémie, un groupe de travail permanent sur la ventilation dans les écoles a été créé, explique un porte-parole du ministère de l’Éducation, Flavio Nienow.

Le groupe de travail responsable de fournir des orientations aux écoles et districts comprend des représentants de Travail sécuritaire NB, de la santé publique, du ministère des Infrastructures et du ministère de l’Éducation.

Les tests de ventilation débuteront en mars 2021 et les écoles sans système de ventilation seront priorisées, indique le ministère.

Ces tests surviennent après que le ministère de l’Éducation eut assuré l’an dernier que les écoles répondaient aux standards de sécurité en matière de ventilation dans le contexte de la COVID-19.

L’opposition s’impatiente

Le chef des verts David Coon, dont la circonscription de Fredericton Sud compte cinq écoles touchées, croit qu’il est trop tard pour se lancer dans des tests.

Je pense qu’on devrait avoir une réponse immédiate. Ma suggestion, c’est d’installer des échangeurs d’air dans les écoles qui en ont besoin, dit-il.

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a fait état du risque de transmission de la COVID-19 par voie d'aérosols pour la première fois en novembre. L'ASPC reconnaît notamment que la ventilation joue un rôle important dans la réduction de la transmission de la COVID-19 à l'intérieur.

Des parents inquiets

La ventilation dans les écoles est un enjeu de longue date, selon un groupe de parents d’élèves anglophones.

Cette année, cette préoccupation a été amplifiée par la pandémie de COVID-19, peut-on lire dans une lettre de ce groupe de parents envoyée au District scolaire anglophone Ouest en janvier.

En ce moment, au cœur de l’hiver, les fenêtres de classe doivent être ouvertes trois fois par jour pour permettre une circulation d’air, dénonce le groupe.

La qualité de l’air sera testée par le gouvernement provincial. Les districts scolaires, Travail sécuritaire NB et la santé publique travaillent à l’élaboration d’un guide visant à interpréter les résultats des tests.

Avec des informations d'Aidan Cox et de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !