•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première femme devient numéro deux de la Défense nationale

La lieutenante-générale Frances Allen succède au Québécois Mike Rouleau à titre de vice-cheffe d'état-major de la Défense.

Mme Allen prononce un discours.

La lieutenante-générale Frances Allen est devenue numéro deux des Forces armées canadiennes mardi.

Photo : Facebook/Forces armées canadiennes

Radio-Canada

Des changements secouent le sommet des Forces armées canadiennes (FAC). La lieutenante-générale Frances Allen, qui représente le Canada au quartier général de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique, est devenue mardi la vice-cheffe d’état-major de la Défense, en remplacement du lieutenant-général québécois Mike Rouleau.

Ce changement survient à un moment où les Forces armées canadiennes (FAC) vivent une importante crise : deux anciens chefs d'état-major, l’amiral Art McDonald et le général Jonathan Vance, font toujours l’objet d’une enquête du Service national d'enquête des Forces canadiennes pour inconduite sexuelle présumée.

Art McDonald, qui avait succédé à Jonathan Vance et qui était en poste depuis un peu plus d’un mois, s’est retiré de ses fonctions à la fin de février quand le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a annoncé qu’il subissait une enquête. CBC a appris par la suite qu’il s’agissait d’une enquête concernant une allégation d’inconduite sexuelle.

Frances Allen, la deuxième femme à avoir atteint le grade de lieutenant-général dans les FAC, était la représentante militaire du Canada au quartier général de l'OTAN à Bruxelles depuis l'été dernier. À titre de vice-cheffe d'état-major, elle sera responsable de l’administration quotidienne de l’armée.

La lieutenante-générale était considérée comme une candidate possible pour succéder à M. Vance en tant que première femme cheffe d'état-major de la Défense du Canada, avant que M. McDonald ne soit sélectionné pour le poste.

Mme Allen remplace le lieutenant-général Mike Rouleau, qui a été nommé dans un nouveau rôle de conseiller stratégique auprès de l'actuel chef d'état-major de la Défense par intérim, le lieutenant-général Wayne Eyre.

La pratique habituelle aurait été de nommer Mike Rouleau chef par intérim, mais le ministre Sajjan a plutôt affecté le lieutenant-général Wayne Eyre à cette fonction. C'est d'ailleurs lui qui a annoncé toute une série de changements à la tête des Forces armées canadiennes mardi matin.

Chacun de ces dirigeants représentera le Canada, que ce soit au pays ou à l’étranger, dans des postes clés de prise de décisions. Façonner les FAC de demain comporte de grandes responsabilités. Je sais que ces dirigeants sont tous prêts à relever les défis qui les attendent, a-t-il déclaré dans un communiqué, sans s'attarder au caractère historique de la nomination de Frances Allen.

Une femme forte, dit Trudeau

En conférence de presse, le premier ministre Justin Trudeau a dit être très heureux qu'une femme forte ait été nommée vice-cheffe d'état-major de la Défense, avant d'évoquer la crise que traversent les Forces armées canadiennes.

Par rapport à l'armée, je m'attends à ce que tous les dirigeants, tous les hauts cadres, soient là pour lutter contre l'intimidation, le harcèlement et les agressions, a-t-il dit.

Effectivement, avoir une première femme dans cette position va être important pour continuer notre lutte pour éliminer la discrimination et l'intimidation au sein de nos forces armées et s'assurer qu'on a les ressources nécessaires pour offrir l'appui à tous ceux qui s'avanceraient avec des préoccupations ou des histoires troublantes.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre a aussi commenté une histoire du réseau Global, qui avançait en fin de semaine qu'un officier supérieur de la Marine canadienne avait tenté, sans succès, d'informer le bureau du ministre de la Défense de nouvelles allégations visant Art McDonald. L'officier aurait par la suite été menacé.

C'est absolument inacceptable que quiconque viendrait avec des allégations ou des histoires préoccupantes de harcèlement ou d'agression au sein de nos Forces armées soit [lui-]même victime d'intimidation, de harcèlement ou de menaces.

Personne qui partage ces allégations ne devrait subir ça et je condamne ces rapports dans les plus stricts termes. Nous nous devons d'assurer que quiconque veut venir de l'avant est écouté, est appuyé avec les ressources et le soutien nécessaires et qu'on puisse avancer avec des enquêtes indépendantes, a-t-il ajouté.

Justin Trudeau n'est toutefois pas allé jusqu'à confirmer clairement des informations du Globe and Mail, selon lesquelles son gouvernement va bientôt créer un comité indépendant de la chaîne de commandement de l'armée pour enquêter sur des allégations d'inconduite sexuelle, de racisme et de discrimination en son sein.

On est en train de voir dans beaucoup de nos institutions, que ce soit nos Forces armées, Service correctionnel Canada, [...] la GRC [...] des problèmes culturels, d'une tolérance d'abus ou de harcèlement, qui n'a pas sa place nulle part au Canada, a-t-il dit.

Nous sommes en train de regarder les différentes mesures qu'on peut mettre en place [...] pour s'assurer [qu'un appui est offert à] tous ceux et celles qui s'avancent avec des plaintes et des histoires de harcèlement, des allégations sérieuses, mais aussi qu'on mette en place les mesures pour changer la culture dans nos institutions, pour changer la culture dans nos lieux de travail à travers le pays.

Le Comité de la défense des communes a accepté, lundi, d’entendre plusieurs témoins à propos des comportements abusifs dans l’armée. Ils ont notamment entendu l’ancien ombudsman militaire, Gary Walbourne, qui a déclaré la semaine dernière avoir prévenu le ministre Sajjan pour la première fois, il y a trois ans, d’allégations d’inconduite visant Jonathan Vance.

La liste des nouveaux témoins appelés par le comité parlementaire comprend des membres du personnel politique libéral, mais aussi deux membres du précédent gouvernement conservateur.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.