•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Isle-Vertoise Robertine Barry sacrée personnage historique

Photo en noir et blanc de Robertine Barry.

Robertine Barry. Source : Thomas Fisher Rare Book Library, Université de Toronto / Flickr

Photo : Domaine public

Radio-Canada

La première journaliste québécoise, Robertine Barry, originaire de L'Isle-Verte, est désignée personnage historique par le ministère de la Culture et des Communications.

Cet hommage lui a été rendu lors de la Journée internationale des droits des femmes.

Judith Jasmin, Gabrielle Roy et Félicité Angers ont également reçu ce titre par la même occasion.

Une pionnière dans les médias

Robertine Barry a commencé à travailler en 1891 au journal La Patrie, raconte l’écrivaine Sergine Desjardins, qui signe une biographie de la journaliste.

Elle traduisait des dépêches, comme elle était bilingue, mais surtout elle signait une chronique sous le pseudonyme de Françoise, sa fameuse chronique du lundi. Dans sa chronique, elle défendait les idées les plus avant-gardistes de l’époque, indique Mme Desjardins.

Avant qu’elle ne le fasse, aucune Québécoise n’avait revendiqué publiquement que les portes des universités soient ouvertes aux femmes et que les femmes aient accès à toutes les professions libérales.

Une citation de :Sergine Desjardins, écrivaine

Robertine Barry critiquera également l'ingérence du clergé et ne se gênera pas pour aborder la politique. Des sujets loin de ce qui était bien vu d’aborder pour une femme à l’époque et, de surcroît, en public.

Photo en noir et blanc de Robertine Barry.

Robertine Barry

Photo : Domaine public

Prostituée, fille-mère, personne vivant avec des maladies mentales; pour Robertine Barry, personne ne vivait une condition assez tabou pour qu'elle se garde d’en défendre la cause. Sa plume était son arme, ajoute Sergine Desjardins.

La journaliste, encore sous le pseudonyme de Françoise, fonde en 1902 un journal à l’intention des femmes : le Journal de Françoise.

Née à L'Isle-Verte en 1863, Robertine Barry s’éteindra en 1910, après un accident vasculaire cérébral.

Sergine Desjardins.

En 2010 et en 2011, l'écrivaine Sergine Desjardins a signé deux tomes d'une biographie sur Robertine Barry.

Photo : Radio-Canada

Sortir de l’ombre

Elle est difficile à sortir de l’ombre, lance Sergine Desjardins, qui a consacré quatre ans de sa vie à se documenter sur celle de Robertine Barry.

Les dernières années ont cependant permis de mettre en lumière le caractère et les accomplissements hors du commun pour son époque de cette pionnière du journalisme jusqu’alors oubliée.

Serge Bouchard y a consacré en 2015 un épisode de son émission de radio De remarquables oubliés.

En 2017, un article est consacré à Mme Barry dans l’Encyclopédie canadienne.

La journaliste fait même partie en 2020 des huit finalistes retenues par la Banque du Canada pour se retrouver sur les prochains billets 5 $.

Avec les informations de Lisa-Marie Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !