•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie Les Élymes ouvrira ce mercredi aux Îles

Une pancarte indiquant "Garderie les Élymes"

La garderie Les Élymes ouvrira ses portes mercredi.

Photo : Alexandra Rioux

Radio-Canada

Attendue impatiemment par de nombreuses familles, la garderie privée non subventionnée Les Élymes ouvrira finalement ses portes mercredi aux Îles-de-la-Madeleine.

L’annonce de ces 26 places a été faite en septembre 2019 par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe. Les responsables espéraient démarrer les activités de la garderie en février, mais des formalités ministérielles devaient être auparavant complétées.

Le service de garde, aménagé dans l’ancien Colisée Albin-Aucoin de Fatima, sera en mesure d’accueillir 16 enfants et 10 poupons de moins de 18 mois. Les lieux, d’une superficie totale de 3500 pieds carrés, comprennent notamment une pouponnière, une salle polyvalente pouvant être utilisée comme gymnase ainsi qu'un autre local pour destiné aux enfants.

Le programme éducatif offert aux tout-petits est fortement relié à la thématique de la nature. On veut s’inspirer des Îles. On a tout ça à proximité! On va aller jouer dehors, aller prendre des marches, s’approcher le plus possible de l’eau de façon sécuritaire. Sinon, on apporte la nature à l’intérieur, explique Alexandra Rioux, coordonnatrice de la garderie Les Élymes.

Les parents des 26 enfants sont déjà venus, de façon individuelle, visiter les lieux. Les sept employés qui forment l’équipe en place sont prêts pour la grande ouverture.

L'ouverture de la garderie est rendue possible grâce à l’alliance de cinq employeurs majeurs des Îles-de-la-Madeleine : le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), le Centre de services scolaires (CSS), la Caisse Desjardins des Ramées, la CTMA et la Communauté maritime. L’investissement conjoint des différents partenaires s’élève à 150 000 $.

Les places ont ainsi été octroyées via le guichet unique La Place 0-5, mais en priorité aux parents œuvrant pour l’une ou l’autre de ces organisations. Le tarif quotidien pour se prévaloir des services a été fixé à 55 $.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, a souligné l’aspect novateur du projet et la différence qu’il fera dans la communauté. La création de ces 26 places-là vient diminuer la pression sur les listes d’attente et libère, en quelque sorte, des places pour d’autres parents qui n’avaient pas encore trouvé, fait valoir le maire.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine Jonathan Lapierre.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine Jonathan Lapierre.

Photo : Radio-Canada

Le manque de places demeure présent

Pour combler les 26 places, 130 demandes d’inscriptions ont été reçues. D’ailleurs, une étude a été réalisée à l’automne 2019 par le Comité de développement social des Îles, à l’origine de la nouvelle garderie privée. Ce coup de sonde rapportait qu’il manquait alors 82 places en garderie dans l'archipel madelinot.

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, rappelle que le projet des Élymes a été mis en place sur une base temporaire, c’est-à-dire le temps que le gouvernement annonce davantage de places subventionnées. L’élu péquiste espère que le service de garde sera rapidement reconnu et subventionné par Québec.

Le gouvernement est encore chiche sur l’annonce de places subventionnées en CPE.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine
Joël Arseneau, en conférence de presse.

Joël Arseneau, député des îles de la Madeleine, en conférence de presse à l’Assemblée Nationale (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Si M. Arseneau admet que l’ouverture du nouveau service de garde est un pas dans la bonne direction, il soutient que le problème demeure complexe sur l’archipel. L’élu explique que la pandémie de COVID-19 a notamment compliqué les choses avec des fermetures ou des réductions d’activités au sein de services de garde en milieu familial. Ça crée nécessairement un vide, un vacuum. Des gens qui étaient déjà desservis ont perdu leur service en plus de ceux qui n’en ont jamais eu, résume le député Arseneau.

De nouvelles places à venir

Un projet majeur de 80 places subventionnées est néanmoins en voie de se concrétiser au centre de la petite enfance (CPE) La Ramée, à Cap-aux-Meules.Dix de ces places ont déjà été offertes pour la pouponnière temporaire La Rocaille, à l’Étang du Nord, en attendant l’agrandissement de l’établissement.

Les plans finaux de l’annexe qui sera construite ont été acheminés au ministère de la Famille. On attend un retour de leur part, mentionne la directrice du CPE, Sylvie Bourgeois. Cette dernière espère toujours que l’appel d’offres sera lancé au courant du mois de mars et qu’une première pelletée de terre puisse avoir lieu ce printemps. Ainsi, les travaux pourraient être achevés l’automne prochain.

Du côté du ministère de la Famille, on convient que la situation des Îles-de-la-Madeleine est préoccupante, comme c’est le cas dans d’autres régions du Québec. Par courriel, l’attaché politique du ministre Lacombe, Antoine de la Durantaye, a d’ailleurs spécifié à Radio-Canada que des allègements bureaucratiques supplémentaires pour que ces places puissent accueillir des tout-petits plus vite devraient bientôt être annoncés.

un texte de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !