•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enseignant témoigne du quotidien avec « cette cochonnerie-là », le virus de la COVID-19

La façade du Cégep de Matane.

Neuf personnes ont contracté la COVID-19 pendant l'éclosion en cours au Cégep de Matane. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Radio-Canada

Trois personnes de plus ont reçu un résultat positif de COVID-19 lié à l'éclosion au Cégep de Matane, pour un total de neuf personnes infectées jusqu'à maintenant. Un des enseignants qui a contracté le virus a choisi de parler de son expérience.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent précise que les nouvelles personnes infectées sont un étudiant et deux contributeurs externes, soit des gens qui ont été de passage au Cégep dans les derniers jours.

Le bilan de cette éclosion s'établit maintenant à cinq étudiants, deux enseignants et deux contributeurs externes contaminés par la COVID-19.

Un enseignant atteint de la COVID-19 brise le silence

L'enseignant en technique d'urbanisme au Cégep de Matane, Yannick Malouin, fait partie des neuf personnes atteintes de la maladie à coronavirus dans cette éclosion.

Il a décidé de sortir de l’anonymat et de témoigner, sur les médias sociaux, de son expérience avec le virus. Il aborde surtout les problèmes physiques et psychologiques qu'il rencontre durant sa quarantaine.

Chroniques de la COVID – jour 4 🦠 Depuis que je vous ai annoncé être atteint de la COVID, j’ai été frappé par votre...

Publié par Yannick Malouin sur Lundi 8 mars 2021

Yannick Malouin veut changer la perception que peuvent avoir certaines personnes au sujet des gens qui ont attrapé le virus.

C'est important de ne pas avoir honte d'avoir attrapé la COVID-19. [...] C'est de montrer aux autres que ça peut arriver à n'importe qui, d'attraper cette cochonnerie-là.

Une citation de :Yannick Malouin, enseignant au Cégep de Matane

Il affirme que le fait d'avoir la COVID-19 constitue une épreuve vraiment déplaisante et que le virus le rend constamment épuisé. Continuez à vous protéger parce que je ne le souhaite à personne, soutient-il.

Yannick Malouin explique que l'une des épreuves les plus difficiles qu'il a à surmonter en lien avec la COVID-19 est de rassurer ses enfants pour qui le coronavirus rime souvent avec mort. C'est ce qu'ils entendent beaucoup dans les médias, quand on écoute les bulletins de nouvelles, précise-t-il.

Il faut rassurer les enfants. [...] Faut leur dire "non, non. On ne va pas mourir. On va le vaincre, le virus. On va réussir à passer au travers".

Une citation de :Yannick Malouin, enseignant au Cégep de Matane

Sa conjointe et lui ont reçu un résultat positif au test de dépistage du coronavirus, mais pas leurs trois garçons, âgés de 5, 7 et 11 ans.

Yannick Malouin et sa famille prennent la pose pour une photo sur un belvédère entouré de montagnes.

Yannick Malouin et sa conjointe ont contracté la COVID-19, mais leurs trois garçons en sont épargnés pour le moment.

Photo : Gracieuseté de Yannick Malouin

Les trois garçons doivent quand même vivre la quarantaine avec leurs parents. Tout a donc été mis en place pour assurer leur sécurité.

Des pièces de la maison familiale ont été attribuées aux enfants, alors que d'autres ont été réservées aux adultes, pour éviter que les parents ne transmettent le virus à leurs garçons.

C'est difficile pour eux d'être dans leurs pièces "enfants" et nous, dans les pièces "adultes" de la maison pour éviter d'être en contact ensemble. C'est très épuisant, explique-t-il.

Les garçons doivent repasser des tests de dépistage de la COVID-19 jeudi et M. Malouin espère ardemment qu'ils seront toujours négatifs.

La famille de Baie-des-Sables ignore où elle a attrapé le virus.

D'après les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !