•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau réseau de transport rapide à Winnipeg pourrait coûter jusqu’à 1,1 G$

Un plan du couloir aérien.

Un couloir de transport aérien établi sur deux voies du CN aménagées en conséquence pourrait être construit à la gare Union.

Photo :  Capture d’écran / Plan directeur du transport en commun de Winnipeg

Radio-Canada

La Régie des transports de Winnipeg présente son plan directeur de transport en commun et estime qu'un nouveau réseau d'autobus rapides pourrait coûter jusqu’à 1,1 milliard de dollars durant les 24 prochaines années.

Le nouveau plan prévoit l’achèvement de trois lignes de transport en commun rapide d’ici 2045 dont le un coût irait de 588 millions de dollars à 1,1 milliard de dollars. Ce plan vise à utiliser en grande partie des axes routiers déjà existants et sera présenté au comité d’orientation permanent du renouvellement des infrastructures et des travaux publics cette semaine.

Pour financer le programme, la Ville entend compter sur l'aide des gouvernements provincial et fédéral.

Si les gouvernements fédéral et provincial octroient des fonds d’investissement dans le cadre du volet Infrastructures du transport en commun du programme Investir dans le Canada, le montant que la Ville aurait à financer pour les projets admissibles pourrait être réduit jusqu’à 70 % en tout, peut-on lire dans un communiqué de la Ville de Winnipeg.

Trois lignes rapides

La Ville prévoit ainsi deux prolongements de la ligne bleue actuelle du réseau de transport en commun de Winnipeg, qui relie le centre-ville au campus de Fort Garry, de l’Université du Manitoba.

Le premier prolongement serait à l’extrémité sud-est du corridor actuel avec un nouveau pont sur la rivière Rouge, qui relierait la ligne bleue au centre commercial Saint-Vital. Le deuxième serait à l’extrémité nord, et longerait l’avenue Portage sur 17 kilomètres jusqu’au parc d’exposition de la rivière Rouge.

Plan du réseau de transport en commun rapide prévu.

La Ville prévoit ainsi deux prolongements de la ligne bleue du réseau de transport en commun de Winnipeg, qui relie actuellement le centre-ville au campus de Fort Garry de l’Université du Manitoba.

Photo :  Capture d’écran / Plan directeur du transport en commun de Winnipeg

Une nouvelle ligne rose est-ouest irait de Saint-James à Transcona, en empruntant entre autres la rue Moray, l’avenue Grant, l’avenue Nairn et l’avenue Regent.

Enfin, une ligne orange nord-sud relierait l’ouest du quartier de Kildonan au sud de Saint-Vital, en empruntant notamment la rue Main et le chemin St Mary’s.

Ces trois axes convergeraient tous vers le centre-ville pour se retrouver à un nouveau carrefour de transport en commun rapide à la gare Union.

Pour éviter de congestionner la circulation routière autour de la gare, les autobus de la ligne bleue et de la ligne rose circuleraient dans un couloir de transport aérien établi sur deux voies du CN aménagées en conséquence.

Le plan directeur de la Ville prévoit également la construction d’un pont au-dessus du chemin Queen Elizabeth qui arriverait sur l’avenue Stradbrook, près de La Fourche.

Un plan en quatre étapes

Bien que le plan directeur ne propose pas d’échéancier pour la construction du nouveau réseau de transport en commun rapide, il définit les différents chantiers prioritaires.

La priorité est de construire l’infrastructure de transport en commun rapide au centre-ville et dans les environs. L'objectif est de créer de l’espace pour accueillir les autobus de la ligne orange, rue Main, avenue Higgins, chemin St Mary’s et avenue Taché.

Ensuite, il faut convertir deux voies ferroviaires du CN pour les adapter aux autobus de la ligne bleue et de la ligne rose et enfin construire le nouveau pont de transport en commun sur la voie Queen Elizabeth.

Schéma du pont prévu dans le plan directeur.

Le plan directeur de la Ville prévoit également la construction d’un pont au-dessus du chemin Queen Elizabeth qui arriverait sur l’avenue Stradbrook, près de La Fourche.

Photo :  Capture d’écran / Plan directeur du transport en commun de Winnipeg

Pour cette première phase, le plan directeur estime que le coût oscillera entre 191 millions de dollars et 355 millions de dollars.

Le plan recommande également la construction d’une nouvelle station de transport en commun rapide près des avenues de Portage et Main, où les trois lignes convergent également, afin de réduire la congestion routière. Selon le plan directeur, une autre étude proposera un plan pour ce projet en particulier.

Après avoir terminé la construction de l’infrastructure du centre-ville, le plan divise en trois étapes supplémentaires le reste du projet.

La deuxième étape prolongerait la ligne orange vers le nord de la ville le long de la rue Main jusqu’au boulevard Inkster. Cela transformerait l’avenue Sutherland à Point Douglas en une voie pour la ligne rose et prolongerait la ligne bleue jusqu’au centre de Saint-Vital Centre en empruntant le nouveau pont sur la rivière Rouge. La gare Jubilee serait également agrandie pour être reliée à la route Pembina.

La troisième étape consisterait à construire un corridor de la ligne rose sur l’avenue Grant, tout en prolongeant la ligne orange vers le sud, le long du chemin St Mary’s, jusqu’au centre de Saint-Vital et vers le nord du boulevard Inkster, jusqu’à l’avenue Fernbank.

La quatrième et dernière étape sera consacrée aux corridors de la ligne rose sur les avenues Nairn et Regent. Cette étape verra aussi la construction d'un tronçon pour la ligne bleue sur l’avenue Portage et allant de l’Université de Winnipeg à Unicity.

Avec les informations de Bartley Kives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !