•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faux départ au procès du policier accusé du meurtre de George Floyd

Deux manifestants noirs tiennent des portraits de George Floyd. Un homme noir brandit une pancarte sur laquelle on peut lire : « Le police est le problème ».

Des manifestants tiennent des portraits de George Floyd devant le tribunal du comté de Hennepin, au Minnesota, le 8 mars.

Photo : Getty Images / AFP/KEREM YUCEL

Radio-Canada

Le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé d’avoir tué un homme noir, George Floyd, le 25 mai dernier à Minneapolis, est suspendu.

Le juge Peter Cahill a décidé de repousser au moins jusqu’à mardi le processus de sélection du jury, qui devait commencer lundi, en raison d’un litige juridique.

Vendredi dernier, la Cour d’appel du Minnesota a ordonné au magistrat de reconsidérer la possibilité que Chauvin soit accusé de meurtre au troisième degré.

Cette accusation pourrait s’ajouter à celles de meurtre au deuxième degré et d'homicide involontaire coupable officiellement déposées contre l’homme de 44 ans.

Son avocat, Eric Nelson, a toutefois fait savoir lundi que son client contestera cette décision devant la Cour suprême de l’État, une procédure qui pourrait prendre des semaines.

« Condamnez Chauvin », « Emprisonnez les policiers tueurs », peut-on lire sur des affiches tenues par trois personnes blanches dans un espace public.

Ces manifestants présents devant le tribunal du comté de Hennepin militent pour la condamnation de Derek Chauvin.

Photo : Radio-Canada / Azeb Wolde-Giorghis

Le juge Cahill a lui-même estimé qu'il n'avait pas le pouvoir de décider par lui-même d'ajouter ou non ce chef d'accusation pendant qu'un processus d'appel est en cours.

Les avocats du procureur général du Minnesota ont pour leur part demandé au magistrat de suspendre la sélection du jury tant que l’affaire ne sera pas réglée.

Un fardeau de preuve moindre

Ce sont les procureurs de l'État qui souhaitent que Chauvin soit accusé de meurtre au troisième degré, qui nécessite un fardeau de preuve inférieur à celui de meurtre au deuxième degré.

En octobre, le juge Cahill avait rejeté cette requête, arguant qu'il n'avait pas été démontré que Derek Chauvin avait été « dangereux pour d'autres personnes » lors de l'intervention, mais uniquement pour Floyd.

Dans son jugement rendu vendredi, la Cour d'appel a plutôt statué que le juge Cahill avait erré en droit, et elle lui a demandé de reconsidérer la requête.

En attendant que le dossier soit tranché, le juge a renvoyé les jurés potentiels à la maison. Il a toutefois convoqué les avocats des deux parties pour discuter d'autres questions en après-midi.

Les jurés potentiels sont là, mais soyons réalistes : on ne va pas commencer la sélection avant au moins demain, a conclu le juge Cahill.

Il a aussi fait savoir qu'il compte aller de l'avant avec le procès de Derek Chauvin, à moins que les tribunaux supérieurs lui ordonnent de l'interrompre.

La décision a été annoncée alors que des centaines de personnes réclamant la condamnation de Derek Chauvin étaient rassemblées devant le tribunal.

George Floyd est mort après que le policier Chauvin eut écrasé son cou au sol pendant près de neuf minutes, alors que l'homme de 46 ans disait qu'il ne pouvait plus respirer.

L'intervention policière, qui a été filmée et a fait le tour du monde, a donné lieu au plus important soulèvement populaire en faveur des droits civiques des Noirs américains depuis les années 60.

La sélection des 12 jurés et de 2 remplaçants au procès de Derek Chauvin doit s'étendre sur trois semaines, et les déclarations d'ouverture ne sont pas prévues avant le 29 mars.

Trois autres policiers sont accusés d'avoir aidé et encouragé le meurtre au deuxième degré et l'homicide involontaire coupable de George Floyd. Ils devraient être traduits en justice en août.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !