•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Nord-Côtiers ont afflué sur les pentes de ski pendant la relâche

Une adulte en ski et deux jeunes en planche à neige en haut d'une pente.

Les consignes sanitaires n’ont pas refroidi les skieurs (archives).

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Radio-Canada

Les Nord-Côtiers ont profité de la semaine de relâche pour faire du plein air en famille cette année. L'engouement a été tel que la station de ski Gallix de Sept-Îles a enregistré un record de ventes de billets individuels durant cette période, malgré la tempête de neige qui a paralysé la station pendant deux jours en début de semaine.

Les consignes sanitaires et les restrictions sur le nombre de personnes dans le chalet principal n’ont pas refroidi les skieurs, qui sont venus en grand nombre profiter de la neige et du paysage.

La station a accueilli jusqu'à 850 personnes en une journée.

Mercredi, du moment où on a rouvert, c'était plein. Le monde était content, les conditions étaient très belles, c'était de la belle neige, indique Loïs Babin, le directeur de la station.

Ça a très bien répondu, on a eu un fort achalandage.

Une citation de :Loïs Babin, le directeur de la station de ski Gallix
Loïs Babin à l'extérieur en hiver, regarder à gauche de la caméra.

Le directeur général de la station de ski Gallix, Loïs Babin (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Malgré cet engouement, la station n'a toutefois pas atteint le nombre maximal de personnes qu'elle peut accueillir, établi à environ 1400 personnes par jour.

Des files de skieurs alpins.

Grand achalandage à la station de ski Gallix

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Mais les skieurs ont tout de même été nombreux. Toutefois, la distanciation physique a pu être maintenue sans problème, selon les personnes rencontrées sur place.

C'est très bien organisé, je n’ai vraiment rien à dire là-dessus. On est content, on peut faire du ski, c'est ça qui est important, je pense, au final, a indiqué une skieuse.

Des skieurs à des tables de piquenique.

L'accès au chalet est limité en raison des mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

On est chanceux de pouvoir faire ça malgré la COVID, je suis reconnaissante de faire ça malgré le contexte. On est chanceux d'avoir accès aux pentes comme ça, peu importe le prix, je pense que ça en vaut la peine, exprime une autre visiteuse.

Succès au mont Ti-Basse

Le mont Ti-Basse de Baie-Comeau a également accueilli beaucoup de visiteurs durant la semaine de relâche.

Une augmentation de 19 % du nombre de billets journaliers vendus a été observée par rapport à la semaine de relâche de l’année précédente, et ce, même si la station a été fermée mardi en raison des conditions météorologiques.

La pente pour glissade sur tubes a aussi connu une forte popularité. Il était possible d'y glisser en réservant des blocs d'une heure pour permettre au plus grand nombre de personnes de s’amuser dans le respect des mesures sanitaires.

Le directeur général de la corporation plein air Manicouagan, Patrick Pelletier, observe que de nombreux Baie-Comois semblent avoir redécouvert les sports de plein air durant la crise sanitaire.

Depuis le début de la pandémie, les activités extérieures ont la cote, puisqu'elles permettent de s'amuser tout en respectant les règles sanitaires. Cet engouement s'est aussi fait sentir pendant la semaine de relâche, où les sentiers de motoneige, de ski de fond et de raquette de la région ont aussi connu un fort achalandage.

Avec les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !