•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éoliennes : Pokeshaw et Black Rock envisagent un partenariat avec Naveco

Deux éoliennes du parc éolien de l'île de Lamèque dans la Péninsule acadienne.

Le projet d'éoliennes à Anse-Bleue a suscité l'opposition de la communauté (archives).

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Les communautés de Pokeshaw et de Black Rock pourraient accueillir le projet de parc éolien de Naveco rejeté par la communauté à Anse-Bleue.

Le Conseil récréatif de Pokeshaw et Black Rock travaillait déjà avec l’entreprise ontarienne Potentia Renewables pour la construction d’un parc de cinq éoliennes pouvant produire environ 20 mégawatts d’électricité.

Mais Énergie NB a refusé la demande de Potentia visant à prolonger d’un an son délai pour la construction des turbines. La société d’État lui a donné trois mois de sursis.

Il était tout simplement impossible de mener à bien le projet dans ce délai, explique Kevin Whelton, directeur général du Conseil récréatif de Pokeshaw et Black Rock.

Kevin Whelton.

Kevin Whelton, directeur général du Conseil récréatif de Pokeshaw et Black Rock (archives)

Photo : Gracieuseté

Maintenant, Kevin Whelton affirme qu’il pourrait envisager un partenariat avec Naveco.

Selon lui, l’opposition n’est pas aussi forte dans sa communauté qu’elle ne l’a été à Anse-Bleue.

Nous avons eu beaucoup de réunions, nous avons été très ouverts, très, très transparents, et je pense que la majorité des résidents des deux communautés, Pokeshaw et Black Rock, sont d'accord avec le projet, dit-il.

Il faut avoir un niveau d'acceptation sociale. Il faut de la transparence.

Une citation de :Kevin Whelton, directeur général du Conseil récréatif de Pokeshaw et Black Rock

Le site de construction à Pokeshaw est plus près du réseau d’Énergie NB que celui d’Anse-Bleue. La distance à couvrir pour relier les lignes de transmission serait donc plus courte.

L’accord d’Énergie NB nécessaire

Le pdg de Naveco, Amit Virmani, affirmait en octobre dernier qu’il était à la recherche d’un autre emplacement qui lui éviterait de recommencer l’étude d’impact environnemental.

Amit Virmani.

Amit Virmani, pdg de Naveco (archives)

Photo : CBC/Jacques Poitras

Mais il faudrait, expliquait-il, qu'Énergie NB accepte de modifier le contrat.

Énergie NB a refusé de divulguer si elle allait autoriser Naveco à déménager son projet à Pokeshaw pour des raisons de confidentialité.

Le mois dernier, des résidents d’Anse-Bleue ont affirmé que des représentants de Naveco les ont une nouvelle fois sollicités, ce qu'ils ont vu comme un signe que le projet allait de l’avant malgré l’opposition de la communauté.

Ni Amit Virmani ni Énergie NB n’ont voulu confirmer ou infirmer ces suspicions. M. Virmani soutient qu’Énergie NB lui a demandé de garder le silence.

Un projet créateur d’emplois

Ces projets de parc éolien relèvent d’une loi provinciale qui permet à Énergie NB d’acheter jusqu'à 20 mégawatts d'électricité d’un groupe communautaire ou d’une Première Nation.

Selon Amit Virmani, à la lumière de la dette d’Énergie NB, le moment ne pourrait être mieux choisi pour investir dans l’énergie éolienne.

Le vent coûte moins cher. C’est encore moins cher que d’acheter de l'électricité à Hydro-Québec.

Le projet de Potentia à Pokeshaw visait à fournir suffisamment d'électricité pour alimenter 6000 foyers, selon un communiqué de presse de 2019.

Avec les informations de Jacques Poitras, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !