•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario appelé à offrir des produits hygiéniques féminins gratuitement à l'école

Assortiment de serviettes hygiéniques et de tampons.

Les tampons et serviettes sont offerts gratuitement dans les écoles publiques de l'Île-du-Prince-Édouard, notamment.

Photo : Getty Images / Matka Wariatka

Radio-Canada

Des jeunes et les quatre grands syndicats d'enseignants ontariens ont écrit une lettre au ministre de l'Éducation de la province, Stephen Lecce, appelant la distribution sans frais de tampons et de serviettes hygiéniques dans les écoles.

Le Cabinet jeunesse de la Ville de Toronto, à l'origine de cet appel, souligne que certains conseils scolaires ont déjà pris l'initiative de le faire, y compris les conseils public anglais de Toronto (TDSB) et de Waterloo (WRDSB).

Le conseil scolaire catholique Mon Avenir dit que des produits hygiéniques sont déjà disponibles gratuitement dans ses écoles secondaires à Toronto. Le conseil anglophone Ottawa Carleton, quant à lui, doit emboîter le pas en septembre 2022.

Cela dit, le Cabinet jeunesse voudrait que toutes les écoles élémentaires et secondaires des 72 conseils de l'Ontario offrent des produits hygiéniques féminins gratuitement avant la fin de l'année scolaire 2021, d'où son appel au gouvernement Ford.

Le groupe ontarien a profité de la Journée internationale des femmes, lundi, pour tenter de faire passer son message. Nous voulons envoyer à la province un message clair et unifié. C'est quelque chose qu'il faut faire, et ce, maintenant, dit Stephen Mensah de la coalition ontarienne.

Le Cabinet jeunesse de Toronto a fait appel à la province parce que les conseils scolaires n'ont pas les moyens financiers pour offrir ces produits gratuitement très longtemps, ajoute-t-il.

Le ministre de l'Éducation a répondu à l'appel du groupe ontarien lors d'un point de presse, lundi après-midi.

Nous sommes ouverts à l'idée de trouver des solutions novatrices pour aider plus d'étudiantes à accéder aux produits menstruels en Ontario, a répondu Stephen Lecce, soulignant que son ministère étudie la question depuis plusieurs mois.

Une question de droits de la personne

Un tampon, ce n'est rien de bien choquant en fin de compte.

Un tampon, ce n'est rien de bien choquant en fin de compte.

Photo : iStock

Selon la coalition, les produits d'hygiène féminine sont une nécessité, pas un luxe. Or, nombre d'élèves manquent des cours ou du travail, faute d'y avoir accès dans les salles de bain des écoles, souligne-t-elle.

Dans certaines écoles, des tampons et serviettes sont offerts, mais seulement au secrétariat.

C'est une question de droits de la personne, fait valoir Vanessa Erhirhie, une étudiante à l'Université Ryerson.

On n'a pas besoin de courir fouiller dans notre casier pour avoir du papier hygiénique, alors pourquoi est-ce le cas pour les produits menstruels?

Une citation de :Vanessa Erhirhie, membre du Cabinet jeunesse de Toronto

Fiona Anderson, qui est représentante de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) dans le Nord de la province, s'estime chanceuse de pouvoir compter sur des produits hygiéniques gratuitement à son école de Kapuskasing. Elle souhaite que toutes les jeunes femmes de la province puissent bénéficier de cette offre.

Je crois que c'est quelque chose qui devrait être standard en Ontario parce que ce n'est pas un choix les menstruations.

Une citation de :Fiona Andersen, représentante de la FESFO

L'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) compte parmi les quatre syndicats d'enseignants ontariens qui appuient cette initiative.

On oublie que ce n'est pas parce qu'on fréquente l'école qu'on a tous les mêmes moyens, dit la présidente Anne Vinet-Roy. C'est nécessaire. On ne peut pas ne pas avoir besoin de ces produits.

Le regroupement, qui a lancé une pétition en ligne, souligne que les provinces de la Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard offrent déjà des produits menstruels gratuitement aux élèves.

Si elle estime que l'offre de tels produits gratuitement tombe sous le sens, la sexologue Amélie Bleau s'intéresse aussi à la forme que prendra l'offre dans les écoles si le gouvernement provincial vient à s'engager.

Ce sera intéressant de voir comment tout ça va se développer et qu'est-ce qui sera accessible. Est-ce qu'il y aura différents choix? Est-ce que ce sera seulement des serviettes hygiéniques ou est-ce que ce sera serviettes et tampons? Est-ce qu'on va rendre accessible plus facilement les coupes menstruelles, les éponges, les sous-vêtements?

Avec des renseignements fournis par Sabrina Jonas (CBC) et Thalia D'Aragon-Giguère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !