•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination des enfants en C.-B. : aucune donnée avant la fin de l'année

Une femme masquée porte dans ses bras un jeune enfant, auquel une infirmière est en train de faire un prélèvement de sécrétions nasales pour le dépistage de la COVID-19.

Les données concernant l'efficacité et la sécurité des vaccins contre la COVID-19 chez les enfants devraient être connues d'ici la fin de l'année.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Radio-Canada

Plusieurs provinces, dont la Colombie-Britannique, s’attendent à pouvoir vacciner leur population adulte contre la COVID-19 d’ici le mois de juillet. Pour les enfants, qui représentent un million de Britanno-Colombiens, la date d’une immunité demeure toutefois incertaine.

Pour le moment, les vaccins disponibles n’ont pas été approuvés pour les enfants. Santé Canada a autorisé l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech chez les personnes de plus de 16 ans et les vaccins Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson chez les personnes âgées de 18 ans et plus.

Selon la conseillère médicale en chef de Santé Canada, Supriya Sharma, il n’y a pas assez de données dans les essais cliniques pour savoir comment le vaccin peut toucher les enfants.

Difficile également de connaître le moment où les vaccins seront approuvés chez les enfants. Les données seront d’abord obtenues pour les adolescents, ensuite pour les enfants de moins de 12 ans, indique Supriya Sharma.

D’ici la fin de l’année, potentiellement, nous devrions avoir des réponses concernant les enfants.

Une citation de :Supriya Sharma, conseillère médicale en chef de Santé Canada

La Colombie-Britannique se concentre donc à vacciner sa population adulte, à l'exception des adolescents âgés de 16 et 17 ans qui sont considérés comme vulnérables et qui pourront obtenir le vaccin Pfizer-BioNTech.

Vacciner ou non les enfants

Il n’est pas clair non plus si les enfants ont besoin d’être vaccinés contre la COVID-19, indique le pédiatre spécialisé en maladie infectieuse et directeur du centre d’évaluation du vaccin à l’Hôpital pour enfants, Dr Manish Sadarangani.

Ce dernier dirige actuellement une recherche sur les anticorps des enfants à travers la province afin de mieux comprendre les infections asymptomatiques et pouvoir estimer le véritable taux d’infection parmi les jeunes.

Selon lui, les experts auront un meilleur portrait de la situation lorsque la majorité des adultes seront vaccinés.

Pour la professeure au département de biologie moléculaire et biochimie de l’Université Simon Fraser, Fiona Brinkman, la vaccination des enfants est absolument nécessaire.

Attraper la COVID-19 est pire en matière d'éventuels effets à long terme que d’obtenir le vaccin.

Une citation de :Fiona Brinkman, professeure à l’Université Simon Fraser

Il est normal pour les parents d’avoir une certaine hésitation au sujet du vaccin, croit la professeure adjointe au département d'ingénierie biomédicale de l’Université de la Colombie-Britannique, Anne Blakney.

Mme Blakney indique cependant que les recherches médicales ont obtenu un financement et un effort de la communauté scientifique et des gouvernements qui est sans précédent.

Nous avons beaucoup de données sur la sécurité des vaccins, non seulement parce qu’ils ont été testés sur des dizaines de milliers de personnes, mais aussi parce qu'ils ont été administrés à des millions de personnes.

Avec les informations de Michelle Ghoussoub et Alex Migdal

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !