•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De premiers clients au restaurant depuis des mois

Une serveuse qui sert des oeufs et du bacon.

Allison était ravie de servir des oeufs et du bacon à ses clients au restaurant Eggsquis, à Beauport.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Le coup d'envoi tant attendu depuis des mois est donné : les résidents de la grande région de Québec peuvent désormais déguster des œufs et du bacon tôt le matin au restaurant avant d'aller s'entraîner au gym pour évacuer leurs calories. Et quoi de mieux, en soirée, que d'aller voir un spectacle?

Au grand bonheur de nombreux Québécois, les régions ont basculé en zone orange lundi, à l'exception de Montréal, Laval, la Montérégie, les Laurentides et Lanaudière, qui demeureront en zone rouge.

Le restaurant Eggsquis, à Beauport, sert notamment des déjeuners depuis 7 h lundi matin. Des clients y étaient attablés dès l'ouverture.

Des clients espacés dans un restaurant.

Dès l'ouverture, de nombreux clients étaient attablés au restaurant Eggsquis, à Beauport, tout en respectant les mesures en vigueur.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Ce retour au restaurant a d'ailleurs été perçu comme une bouffée d'air frais. Jacques Tremblay, un septuagénaire, n'allait pas manquer ce rendez-vous.

En plus, on a une bonne nouvelle : on a le vaccin jeudi. C'est merveilleux, a-t-il lancé, souriant, entre deux gorgées de café.

Les restaurateurs étaient tout aussi enthousiastes de reprendre le boulot. J'étais un petit peu stressée, souligne Allison, qui travaille chez Eggsquis. Mais ça va bien aller. Je ne suis pas inquiète.

Pour se présenter au restaurant, les clients doivent d'abord faire une réservation. Une fois sur place, ils doivent avoir entre les mains une preuve de résidence et s'en tenir à deux adultes, qui peuvent habiter à des adresses différentes. Leurs enfants d'âge mineur peuvent également s'asseoir à leur table.

Les enfants majeurs à la même table

Dans un arrêté ministériel publié vendredi, le gouvernement a corrigé une incohérence dans son règlement initial qui stipulait que deux personnes seulement, accompagnées de leurs enfants mineurs, pouvaient s'asseoir à la même table.

Or, depuis les enfants majeurs vivant à la même adresse que leurs parents ou bien des adultes vivant sous le même toit comme des colocataires sont désormais autorisés à s'asseoir à la même table dans une salle à manger de restaurant en zone orange.

Le couvre-feu repoussé

Le couvre-feu s'appliquera pour sa part à partir de 21 h 30. Les rassemblements demeurent toutefois interdits.

Certaines salles à manger rouvriront seulement dans les prochains jours, en raison de la rapidité de l'annonce du gouvernement Legault. Plusieurs restaurateurs admettent qu'ils ne sont pas prêts.

Lorsque François Legault a annoncé la réouverture des restaurants, on a été un peu surpris. Je ne vous ferai pas de cachette : on a trouvé que ça se faisait rapidement, souligne Louis Martin, copropriétaire d'un restaurant Saint-Hubert à Québec.

Depuis jeudi, les réservations sont nombreuses. Toutefois, la capacité d'accueil du restaurant sera réduite de 320 à 140 personnes.

Deux personnes courent sur un tapis roulant.

Dès lundi, les salles d'entraînement peuvent rouvrir leurs portes en zone orange.

Photo : iStock

De retour au gym

Les salles d'entraînement attendaient aussi ce moment avec impatience. On est très enthousiastes quant à la réouverture des gyms en zone orange, dit Renaud Beaudry, vice-président d’Éconofitness, qui ajoute que 13 gyms ouvriront ainsi leurs portes lundi dans la province.

L'entreprise prévoit dès demain la visite de 3000 personnes. Même si plusieurs ont pris l'habitude de s'entraîner à la maison, M. Beaudry croit que les clients seront au rendez-vous. Je pense que ces habitudes vont être bonifiées par le retour au gym, ajoute-t-il.

Des réactions variées

Selon Dominique Morin, professeur en sociologue à l'Université Laval, les réactions seront variables au sein de la population. Si certains veulent profiter de ces allégements, d'autres seront plus prudents.

On est dans une situation où on envoie des signaux de troisième vague éventuelle et où on parle des risques liés aux variants, qui seraient plus virulents, plus contagieux, soulève-t-il.

Ceux qui ont des proches malades pourraient d'ailleurs éviter les lieux publics.

Si une sortie représente un risque de ramener ça à la maison, de se retrouver avec les enfants retirés de la garderie ou de l'école ou avec des proches qui ont des soucis de santé, plusieurs seront prudents. Ça fait un an qu'on s'habitue à être prudents, donc forcément, certaines personnes feront preuve de retenue, explique-t-il.

Avec les informations de Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !