•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rejet d’une demande syndicale au sujet d’un test d’aptitude pour les pompiers

Deux personnes tenant un tuyau. Une d'entre elles dirige un jet d'eau entre des arbres.

Le WFX-Fit test a été adopté par la Saskatchewan en 2012.

Photo : Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Radio-Canada

Une demande de pratique déloyale de travail déposée par le Syndicat des employés du gouvernement de la Saskatchewan (SGEU) contre le gouvernement provincial a été rejetée à la fin du mois de février. La demande visait un test d’aptitude pour les pompiers qui avait été jugé potentiellement discriminatoire.

En 2012, la Saskatchewan avait adopté le test d’aptitude WFX-Fit test, développé par le Centre interservices des feux de forêt du Canada. Ce test évalue la capacité des pompiers à accomplir une série de tâches physiques intenses à l'intérieur d’une période définie.

Dès son adoption, le SGEU s'est opposé à l’usage de ce test et a déposé un grief.

Un arbitre avait alors décidé que le WFX-Fit test désavantagerait potentiellement les femmes et les hommes plus âgés. Il avait également indiqué que le test ne constituait pas une mesure raisonnable de leur aptitude à effectuer le travail de pompier forestier.

Une cour d'appel avait soutenu la décision rendue par l'arbitre. Puis, en mars 2019, la Cour suprême du Canada avait rejeté la demande d’appel du gouvernement de la Saskatchewan.

Le ministère de l'Environnement avait mentionné que le SGEU était le seul syndicat au pays à se plaindre du WFX-Fit test. La province avait ajouté que l’arbitre n’avait pas critiqué l’utilisation du test, mais plutôt jugé que le délai limite pour effectuer les tâches serait discriminatoire.

Après avoir consulté des experts qui ont travaillé sur le développement du WFX-Fit test, la province avait indiqué que le délai limite pourrait être augmenté de 17 minutes et 15 secondes à 18 minutes et 10 secondes.

Des discussions entre le SGEU et la province auraient eu lieu quelque temps après que la Cour suprême eut refusé d’entendre l’appel.

La province aurait alors indiqué au syndicat qu’elle planifiait conserver le WFX-Fit test, mais que le délai limite serait augmenté. Le SGEU aurait de son côté demandé à la province d’utiliser le test qu’elle utilisait jusqu’en 2012.

À la fin du mois de février, la Commission des relations du travail de la Saskatchewan a jugé qu’un accord n'avait jamais été conclu entre les deux parties.

La commission a par la suite statué que leWFX-Fit test était seulement discriminatoire si la province n’augmentait pas le délai limite pour le compléter, ce qu’elle a fait. Elle estime donc que le gouvernement a rempli ses obligations.

Elle a également décidé que le gouvernement n’avait pas à négocier les conditions générales de l'utilisation du test avec le syndicat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !