•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derek Chauvin ou l'incarnation des abus policiers aux États-Unis

La photo judiciaire de Derek Chauvin, sur laquelle on le voit de face, puis de profil.

Derek Chauvin est jugé à partir de lundi pour le meurtre de George Floyd.

Photo : Reuters / Bureau du shérif du comté de Hennepin

Agence France-Presse

Une personnalité « antisociale » à la carrière entachée de violences : le policier blanc Derek Chauvin, jugé à partir de lundi pour le meurtre de George Floyd, s'était déjà livré à des interpellations brutales avant ce drame qui a bouleversé les États-Unis.

Le 25 mai à Minneapolis, cet homme de 44 ans a maintenu son genou sur le cou du quadragénaire noir, plaqué au sol, pendant près de neuf minutes, malgré ses supplications et celles de passants effarés.

Son attitude était calme et professionnelle, défend son avocat Eric Nelson dans des documents judiciaires. Son client aurait appliqué un geste autorisé et conforme à sa formation, parce que George Floyd résistait à son arrestation, compte-t-il plaider devant les jurés.

Mais l'accusation entend démontrer que le policier a souvent, au cours de ses 19 ans de carrière, appliqué une pression allant au-delà du raisonnable sur le cou des suspects. Pour le prouver, elle a versé plusieurs exemples de ce mode opératoire à la procédure, dont celui de Zoya Code.

En 2017, Derek Chauvin avait interpellé cette jeune femme noire, accusée de violences par sa mère. Malgré l'absence de résistance, elle s'est retrouvée plaquée au sol, Chauvin agenouillé sur elle, écrivent les procureurs.

Il était installé sur mon cou, a-t-elle raconté récemment au site Marshall Project. Frustrée qu'il ignore ses appels à la relâcher, elle l'avait mis au défi d'appuyer plus fort. Il l'a fait. Juste pour me faire taire.

22 plaintes

On ne s'amuse pas avec le cou des gens, avait pourtant relevé André Balian, un instructeur d'arts martiaux qui, il y a une vingtaine d'années, a suivi des cours de kung-fu avec Derek Chauvin. Pour lui, en s'agenouillant sur la nuque de George Floyd, le policier savait ce qu'il faisait et que c'était mal.

Dans un entretien avec l'AFP, en juin, il s'était rappelé un homme antisocial qui, souvent, se tenait debout, les bras croisés, sans parler.

Depuis le drame, peu de détails ont filtré sur Derek Chauvin, mais d'anciens collègues ont aussi, sous couvert d'anonymat, esquissé dans les médias le portrait d'un homme taiseux, rigide, bourreau de travail, qui patrouillait souvent dans les quartiers difficiles.

Un manifestant tient une affiche sur laquelle est écrit en anglais que le racisme est pire que la COVID.

Manifestation de solidarité à Montréal envers George Floyd, l'homme de Minneapolis tué par un policier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Son degré d'engagement lui a valu au cours de sa carrière quatre médailles, mais aussi 22 plaintes et enquêtes internes, selon un dossier public expurgé de tous détails.

Seule l'une de ces plaintes, déposée par une femme blanche qu'il avait violemment extraite de sa voiture en 2007 pour un excès de vitesse malgré les pleurs de son nourrisson, a été suivie d'une lettre de réprimande.

Fraudes fiscales

Les soirs de week-end, Derek Chauvin a longtemps assuré la sécurité d'une boîte de nuit de Minneapolis, le Nuevo Rodeo, où là aussi, ses méthodes musclées ont laissé un souvenir amer. L'ancienne propriétaire Maya Santamaria a évoqué dans la presse un homme un peu raciste qui faisait un usage généreux de gaz lacrymogène au moindre incident.

George Floyd, dont la stature était imposante, a aussi travaillé comme videur de cet établissement, mais il ne semble pas que les deux hommes s'y soient croisés.

Solitaire au travail, Derek Chauvin avait une épouse, une réfugiée du Laos épousée en 2010. Dès la fin du mois de mai, elle a demandé le divorce.

Depuis, la justice a ouvert des poursuites pour fraudes fiscales contre le couple et, en novembre, un juge a rejeté leur accord de divorce qui prévoyait de transférer tous leurs biens à son épouse, Kelly Xing-Chauvin.Cet arrangement aurait mis les fonds à l'abri si Derek Chauvin était condamné à d'importants dédommagements.

LaTonya Floyd est en pleurs.

LaTonya Floyd était très émotive lorsqu'elle a rendu hommage à son frère George lors de ses funérailles.

Photo : Associated Press / David J. Phillip

Outre la procédure pénale, il fait en effet l'objet de poursuites au civil de la part de la famille de George Floyd.

En attendant son procès, Derek Chauvin a été remis en liberté contre le versement d'une caution d'un million de dollars. Par crainte pour sa sécurité, il a été autorisé à s'installer en dehors du Minnesota à une adresse tenue secrète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !