•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat de travailleurs d'Hydro-Manitoba donne un préavis de grève de 48 heures

Le siège social d'Hydro-Manitoba, à Winnipeg.

La section locale 2034 de la Fraternité internationale des ouvriers en électricité (FIOE) représente environ 2300 employés d’Hydro-Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

Radio-Canada

Le syndicat qui représente les employés de première ligne d’Hydro-Manitoba déclare que ses membres pourraient entamer une grève dans 48 heures s’ils ne parviennent pas à conclure une entente avec la société d’État.

La section locale 2034 de la Fraternité internationale des ouvriers en électricité (FIOE), qui représente 2300 employés de première ligne d’Hydro-Manitoba, comme les travailleurs des centrales électriques et des lignes de transmission, a prévenu dimanche la société d'État d’une possibilité de grève.

Cet avis indique à la société d'État que nous avons maintenant réuni les exigences juridiques nécessaires pour déclencher une grève, peut-on lire dans une note de service.

Si la grève devient nécessaire, un autre préavis de deux heures sera envoyé avant le [déclenchement de la grève], ajoute le syndicat.

Selon une autre note interne publiée mercredi, les membres du syndicat ont voté pour un mandat de grève.

Ce mandat permet au syndicat d’entamer une grève, mais celui-ci a précisé à ses membres qu’il épuiserait tous les moyens possibles pour parvenir à un accord équitable et qu’il fera de son mieux pour éviter d’avoir recours à la grève.

Les employés de la section locale 2034 de la FIOE travaillent sans contrat avec Hydro-Manitoba depuis 2018.

Le directeur des affaires pour la section de la FIOE, Mike Espenell explique que le syndicat était en négociation avec Hydro-Manitoba depuis des années et qu'il n'avait plus le choix dans l'intérêt des travailleurs qui ont dû faire des sacrifice pendant la pandémie.

Nous avons vu des gens qui ont été obligés de modifier leur emploi du temps et leur vie pour être éloignés de leur famille pendant de longues périodes, indique M. Espenell.

Nous sommes toujours prêts à nous asseoir avec l'employeur, mais jusqu'à présent, cela a été très, très difficile, ajoute-t-il.

CBC/Radio-Canada tente d'obtenir plus de renseignements de la FIOE et d'Hydro-Manitoba.

Une tentative de gel des salaires

À l’automne dernier, le gouvernement manitobain a demandé à Hydro-Manitoba de geler les salaires des employés de la FIOE pendant deux ans en déclarant qu’une réinitialisation du service était nécessaire en conséquence d’une baisse spectaculaire des recettes et d'un déficit très important prévu pour 2020-2021 en raison de la pandémie.

Après cette demande, le Nouveau Parti démocratique a accusé le gouvernement d’essayer de s’ingérer dans les négociations.

La province s’est défendue en affirmant qu’il était de son ressort d’établir des négociations pour le secteur public.

À l’époque, le directeur des opérations de la section locale 2034 de la FIOE, Mike Espenell, avait déclaré que la proposition du gouvernement était une pilule difficile à avaler. Il affirmait que les membres de son syndicat avaient déjà pris trois jours de congé non rémunérés pour éviter des mises à pied temporaires de certains membres au début de la pandémie.

La demande de gel de salaires a été présentée malgré une décision de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba l’été dernier qui a invalidé une loi visant à maintenir les salaires au même niveau pour plus de 100 000 travailleurs du secteur public pendant deux ans. La province a depuis fait appel de cette décision.

Avec le informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !