•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le concombre de mer pourrait être le superhéros des fermes aquatiques

Des concombres de mer empilés.

Pour le moment, le Canada n'a pas de bonnes méthodes pour cultiver des concombres de mer jusqu’à l’âge adulte.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les concombres de mer pourraient jouer un important rôle dans l’aquaculture, y compris dans les fermes piscicoles, grâce à leurs qualités de nettoyeurs des fonds marins, avance une chercheuse de la Colombie-Britannique, Emaline Montgomery.

Ils sont spongieux, visqueux et tubulaires, ils ressemblent à de grosses limaces et sont bien souvent moins appréciés que les épaulards ou les lions de mer.

Les géants concombres rouges de mer sont pourtant l’équivalent des concierges de l’océan puisqu’ils se nourrissent de matières organiques retrouvées dans les sédiments, explique la biologiste marine au collège North Island de Courteney, Emaline Montgomery.

Noir avec une peau flétrie, les concombres sont très durs quand ils sont déshydratés.

Le concombre de mer est très prisé, notamment dans les marchés de l'Asie.

Photo : Radio-Canada / Cecile Gladel

Ces matières organiques ont tendance à s’accumuler dans les sites d'aquaculture lorsque les poissons et les fruits de mer sont gardés dans un espace restreint, ajoute la biologiste.

Après tout, tout le monde défèque, souligne-t-elle, mais cela peut avoir des conséquences environnementales négatives sur les océans, ce qui rend le travail des concombres de mer d’autant plus important.

Les concombres de mer agissent comme de petites bennes à ordures ou à recyclage qui aident à aspirer et à nettoyer les sédiments qui peuvent être trop enrichis près des fermes aquatiques.

Une citation de :Emaline Montgomery, biologiste marine

Cultiver des concombres de mer avec les poissons et les fruits de mer dans les fermes piscicoles pourrait rendre l’industrie plus durable et profitable, pense la chercheuse. Elle souligne également l'existence d'une industrie mondiale de plusieurs milliards de dollars pour ces invertébrés et leur sous-produit.

Pour le moment, le Canada n'a pas de bonnes méthodes pour cultiver des concombres de mer jusqu’à l’âge adulte comme il le fait avec les huîtres ou les palourdes.

La biologiste travaille toutefois avec l’industrie de l’aquaculture afin de trouver des solutions pour utiliser les infrastructures existantes comme des filets suspendus sous des radeaux ou étendus dans les fonds marins.

Même si la pandémie a soulevé plusieurs défis, Mme Montgomery affirme avoir reçu un intérêt très positif de la part de l’industrie et elle prévoit de poursuivre ses recherches autant en laboratoire que sur le terrain.

C’est dans l'intérêt de tous si nous arrivons à améliorer la durabilité et la santé de l’industrie de l'aquaculture, autant d’un point de vue environnemental que pour la création de revenus et d’emplois.

Avec des informations de l'émission All Points West

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !