•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une éclosion de COVID-19 est déclarée à l’hôpital d’Edmundston

Toutes les zones du Nouveau-Brunswick passent à la phase jaune, dimanche soir.

L'enseigne de l'hôpital.

L'Hôpital régional d'Edmundston le 11 décembre 2020.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

Les autorités de santé publique du Nouveau-Brunswick ont déclaré une éclosion de COVID-19 à l’Hôpital régional d'Edmundston.

Trois cas d’infection par le coronavirus y ont été confirmés chez des travailleurs de la santé, a indiqué le gouvernement provincial dans un communiqué, dimanche après-midi. Une éclosion était survenue en décembre au même hôpital.

Précision : Une version précédente de cet article faisait état de sept cas à l'hôpital d'Edmundston. Il s'agissait d'une erreur commise par le gouvernement du Nouveau-Brunswick dans son communiqué de presse. Il y a plutôt trois cas confirmés.

Les visites à l’unité de chirurgie no. 2 sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

Tous les patients et les membres du personnel de l’hôpital passeront un test de dépistage de la COVID-19, qu’ils ressentent ou non des symptômes, assure la province.

La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, n’était pas en mesure de préciser dimanche quel pourcentage des travailleurs de la santé d’Edmundston est vacciné contre la COVID-19.

S’il y a des protocoles qu’il faut renforcer à l’hôpital d’Edmundston, c’est ça qu’on va faire, a-t-elle indiqué dans un entretien au Téléjournal Acadie.

Cela survient alors que l’ensemble du Nouveau-Brunswick s’apprête à revenir à la phase jaune, moins restrictive, du plan de lutte provincial à la COVID-19.

Le passage à la phase jaune se fait à 23 h 59, dimanche, dans toutes les zones.

Tableau intitulé « Phase jaune - Les nouveautés ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Toutes les régions du Nouveau-Brunswick seront en phase jaune dès dimanche soir, 7 mars.

Photo : Radio-Canada

La Dre Jennifer Russell a déclaré que le Nouveau-Brunswick était privilégié de pouvoir à présent lever certaines restrictions.

Elle a néanmoins exhorté les Néo-Brunswickois à la prudence et à la retenue. On a encore des cas actifs, on a encore des variants, a rappelé la médecin hygiéniste en chef.

Deux nouveaux cas et deux rétablissements

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick signale dimanche la découverte de deux nouveaux cas de COVID-19. Celui dépisté dans la région de Miramichi est lié à un cas antérieur, et un autre dans la région de Fredericton est associé à un voyage, selon la province.

Il y a 35 cas actifs de COVID-19 connus des responsables de santé publique du Nouveau-Brunswick, où deux autres personnes qui avaient contracté la maladie sont maintenant considérées comme rétablies.

Trois personnes atteintes de COVID-19 étaient toujours hospitalisées dans la province, dimanche, dont deux qui se trouvaient aux soins intensifs.

La province a analysé samedi 1181 tests de dépistage effectués sur des Néo-Brunswickois.

Par ailleurs, un total de 2434 personnes asymptomatiques ont passé un test de dépistage jeudi, vendredi et samedi dans la région de Miramichi, où le variant britannique du coronavirus avait été détecté.

Aucun résultat positif n’a été obtenu lors des deux premiers jours du dépistage, et les échantillons recueillis samedi restent à analyser, précise la province. Le nouveau cas d'infection signalé dimanche dans cette région n'a pas été découvert lors de ces séances de dépistage des gens asymptomatiques.

La Dre Jennifer Russell a adressé un gros merci aux citoyens de la région pour leur participation à cet important effort de dépistage. Elle rappelle aux personnes qui développeraient des symptômes qu'il sera toujours possible de passer un test, et leur demande de communiquer sans hésitation avec la santé publique.

Avec des renseignements de Marie-Hélène Lange

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.