•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enveloppe fédérale pour débarrasser la Colombie-Britannique de ses épaves

Un voilier abandonné sur une plage

Un voilier abandonné dans la baie Cadboro au nord d'Oak Bay sur l'Île de Vancouver (archives).

Photo : Radio-Canada / Megan Thomas

Radio-Canada

Ottawa va allouer une nouvelle enveloppe de plus d’un million de dollars à l'enlèvement de bateaux abandonnés en Colombie-Britannique.

Ce financement intervient dans le cadre du Programme de bateaux abandonnés lancé en 2017 par le ministère fédéral des Transports. 

Grâce à ce nouveau financement de 1,13 M$, 43 évaluations de projets d’enlèvement seront financées en Colombie-Britannique, ainsi que l’enlèvement de 37 bateaux, dont 24 rien qu’à Victoria.

En raison des répercussions économiques de la pandémie, le gouvernement ne paiera plus 75 % du coût des projets comme auparavant, mais 100 % de leur coût avec un maximum de 50 000 $ par projet.

John Roe est le directeur de Dead Boats Disposal Society, un organisme à but non lucratif de Victoria qui travaille avec Transport Canada. Il souligne qu’enlever une épave peut coûter jusqu’à 75 000 $.

D'après lui, il y a des centaines de bateaux abandonnés le long des côtes de la Colombie-Britannique. Cela va des petits canots aux vieux bateaux de pêche et navires de 70 pieds, raconte-t-il.

Nous essayons de régler [le problème] depuis de nombreuses années, explique-t-il.

Quand nous trouvons [les bateaux], ils sont généralement encore en bon état. Ils ont coulé depuis un certain temps ou sont abandonnés sur une plage, pleins de déchets, dépouillés de tout ce qui a de la valeur.

John Roe estime qu’être propriétaire d’un bateau coûte de plus en plus cher, que ce soit la maintenance ou l’amarrage par exemple. C’est ce qui explique en partie l'augmentation du nombre d’épaves selon lui. Il dit aussi que de plus en plus de personnes veulent avoir un bateau, mais que peu de marinas sont construites.

Même sur les lacs

Si la plupart des épaves se trouvent sur la côte sud, il y en a partout dans la province, y compris dans des lacs intérieurs, souligne Ryan Greville, directeur du Programme de protection de la navigation pour Transport Canada. 

Ces navires peuvent vraiment avoir de graves répercussions, déplore-t-il. 

Ils représentent un danger pour l’environnement, mais aussi pour la sécurité du public, ajoute-t-il. 

Depuis son entrée en vigueur en 2019, la Loi sur les épaves et les bâtiments abandonnés ou dangereux interdit l'abandon de bateaux et accroît la responsabilité des propriétaires.

Si nous retrouvons [le propriétaire d’un bateau abandonné] , il peut y avoir des sanctions, avance Ryan Greville, et si le bateau représente un danger, des mesures peuvent être prises pour limiter ce risque.

John Roe pense que ce changement est positif, mais ce n’est pas suffisant selon lui.

J'aimerais que la Colombie-Britannique instaure un programme comme celui pour les pneus ou les batteries. Il faut traiter cela comme un problème de gestion des déchets, dit-il

Selon le gouvernement fédéral, jusqu'ici, le Programme de bateaux abandonnés a permis l'évaluation de 109 projets d'enlèvement de bateaux et l'élimination de 112 épaves au Canada.

Avec les informations de l'émission On The Coast

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !