•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard veut un arrêt des procédures

Deux hommes marchent sur un trottoir

Normand Trahan et son avocat, Me Michel Lebrun. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan, se tourne vers la Cour supérieure pour obtenir l’arrêt des procédures judiciaires intentées contre lui.

Un texte de Jacob Côté

Dans les requêtes déposées vendredi au palais de justice de Trois-Rivières, Normand Trahan prétend que ses droits fondamentaux ont été bafoués à différentes reprises au cours de l’enquête menée par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de Montréal (SPCA) de même que lors de son arrestation.

Selon Normand Trahan et son avocat, la SPCA a réalisé une fouille sans mandat au Zoo de Saint-Édouard, en 2018. Ils avancent que l’accusé a été interrogé par l’enquêtrice principale en charge du dossier et constable spéciale à la SPCA, Clémentine Simon, sans qu’elle l’ait informé qu’il était en droit de garder le silence et de lui refuser l’entrée sur sa propriété.

Lors d’une perquisition au domicile du propriétaire du zoo en 2019, ce dernier soutient que Mme Simon aurait refusé de lui présenter les mandats de perquisition et de lui mentionner les items recherchés, ce qui contrevient à une obligation du Code criminel.

Normand Trahan et son avocat, Me Michel Lebrun, allèguent que la SPCA agissait selon une idéologie l’empêchant d’être impartiale dans son enquête et de respecter ses obligations en vertu du Code de déontologie policière.

Ils accusent Me Sophie Gaillard, directrice du département de la défense des animaux et directrice du bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal, de militer pour la réforme du Code criminel en matière de protection animale.

Ce double rôle de Me Gaillard, ainsi que son idéologie végane et antispéciste, influencent très certainement ses actions en tant que directrice du bureau des enquêtes, peut-on lire dans la requête.

Requête pour changer de procureur

Une autre requête demande à ce que le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, soit remplacé par un autre procureur.

Me Julien Beauchamp-Laliberté se trouverait en situation de conflit d’intérêts pour avoir contribué à la préparation des perquisitions et à l’arrestation de Normand Trahan.

Me Julien Beauchamp-Laliberté et la SPCA n’ont pas voulu commenter les requêtes déposées.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.