•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fraudes et les pertes financières se sont accentuées durant la pandémie

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

Les Canadiens sont victimes d'un plus grand nombre de fraudes en ligne, selon le Centre antifraude du Canada.

Photo : iStock

Si les Canadiens utilisent davantage de services en ligne durant le confinement lié à la pandémie de COVID-19, ils sont aussi plus victimes d’arnaques numériques, selon le Centre antifraude du Canada.

Pour cette raison, les fraudes en ligne sont au cœur du Mois de la prévention de la fraude cette année.

Le Bureau de la concurrence unit ses efforts à ceux de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et du Centre antifraude du Canada (CAFC) afin d’accroître la portée de la lutte contre ces arnaques.

Des statistiques du CAFC indiquent que les Canadiens ont perdu plus de 106 millions de dollars à cause de la fraude en 2020. De ce montant, 62,6 millions de dollars provenaient de la fraude en ligne.

Et l'incidence réelle serait probablement bien plus grande, car le CAFC estime que seulement 5 % des fraudes sont signalées par les Canadiens.

L'organisme précise que la pandémie a créé un environnement propice aux escroqueries financières.

Jeff Thomson.

Jeff Thomson est l'analyste principal du renseignement de la GRC au sein de l'Agence canadienne de lutte antifraude.

Photo : CBC/Jean Delisle

Les gens sont isolés à la maison. Il y a des craintes et de l'anxiété dans les communautés partout au Canada et dans le monde, étant donné les préoccupations liées à la pandémie, souligne Jeff Thomson, analyste principal des renseignements pour la GRC au centre antifraude.

Selon le Bureau d'éthique commerciale du Canada, le prêt avec avance de fonds est devenu l'escroquerie la plus risquée et coûteuse en 2020.

L’organisme explique que de nombreux Canadiens étaient à court d'argent après avoir perdu leur emploi ou avoir été mis à pied pendant plusieurs mois.

Avant de transférer des fonds, les escrocs vont demander des frais pour une protection ou une assurance. Et quand les gens font le transfert, ils ne sont plus capables de rejoindre l'escroc, précise Jessie St-Cyr, agente de relations avec les médias pour le Bureau d'éthique commerciale du Canada.

Mme St-Cyr souligne qu’il est illégal au Canada pour un prêteur de demander un transfert d’argent avant d’accorder un prêt.

En moyenne, les Canadiens qui sont tombés dans le piège ont perdu 1400 $ chacun, indique-t-elle.

Les achats en ligne viennent en deuxième position du classement des escroqueries les plus risquées recensées par l’organisme, suivi des escroqueries liées à la rénovation.

Le Bureau d’éthique commerciale a compilé une liste des dix escroqueries les plus risquées pour 2020. Il est déterminé selon un indice qui tient compte de la quantité de plaintes, du nombre de plaignants ayant perdu de l’argent, et du montant des pertes financières.

Les dix escroqueries les plus risquées pour 2020, selon le Bureau d’éthique commerciale :

  1. Prêt avec avance de fonds

  2. Achats en ligne

  3. Rénovations

  4. Cryptomonnaie

  5. Emploi

  6. Fausses factures et factures de fournisseurs

  7. Cartes de crédit

  8. Hameçonnage

  9. Concours et loteries

  10. Produits contrefaits

Le meilleur truc que je pourrais donner pour tous les types de fraudes est de ne jamais agir sur le coup de l’émotion ou de prendre une décision sans prendre le temps de réfléchir et de faire nos recherches, indique Mme St-Cyr.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !