•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'organisme Lauberivière déménage, sans interrompre ses services

Deux déménageurs déchargent un camion devant le nouveau bâtiment de Lauberivière.

Le reportage de Marie Maude Pontbriand

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Le déménagement a commencé samedi à Lauberivière. Il s’échelonnera sur quatre jours en commençant par les bureaux administratifs. Il faut déménager les meubles de l'ancien bâtiment au nouveau sans affecter les services offerts aux itinérants 24 h sur 24. Une opération complexe qui demande agilité, souplesse et équilibre.

Pour réaliser ce tour de force, qui de mieux qu'un directeur technique du Cirque du Soleil. Au début de la pandémie, Rémy Auclair était en Angleterre pour travailler sur le spectacle Crystal, il a été rapatrié en catastrophe comme bon nombre de voyageurs et travailleurs étrangers.

Rémy Auclair en entrevue dans l'ancienne salle à manger de l'organisme, un déménageur circule derrière lui avec un meuble dans les bras.

Rémy Auclair est responsable de la planification logistique du déménagement de Lauberivière depuis le mois d'octobre.

Photo : Radio-Canada

Quand l’offre d’emploi de planificateur logistique pour Lauberivière a été affichée, il s’est senti interpellé. Il y a beaucoup de choses semblables, on déménage des tournées, donc on travaille avec des camions, on planifie beaucoup comme ça en tournée.

Sauf qu’ici, il a affaire à un organisme communautaire qui est statique dans le sens qu’il occupe les mêmes locaux depuis des années. Il a aussi dû tenir compte de la clientèle sur place qui doit continuer d’être desservie malgré tout. Normalement je n’ai pas besoin de m'occuper de ça, on ferme la bâtisse, on déménage les meubles.

Autre défi : l’aménagement du mobilier. Vu qu'on ne remeuble pas avec des choses neuves, c'est un gros Tetris, on a eu des dons, on a récupéré tout ce qu'on pouvait récupérer.

Des déménageurs descendent un escalier en transportant un meuble.

Samedi, les déménageurs s'affairaient à transporter le mobilier de bureau d'un bâtiment à l'autre.

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Il travaille à temps plein depuis le mois d’octobre à planifier ce déménagement.

L'opération a donc commencé ce samedi par les bureaux administratifs, 3 camions et 22 déménageurs ont été mobilisés pour déplacer classeurs, chaises et bureaux. Des employés et des bénévoles sont aussi venus prêter main-forte.

La coordonnatrice des services administratifs, Doris Roberge, travaille pour l’organisme depuis 18 ans. Même si l’heure de sa retraite approche, elle est stimulée par ce déménagement.

Ça nous donne un coup de jeunesse, ça nous ravigote, ça nous donne le goût de continuer encore plus.

Une citation de :Doris Roberge, coordonnatrice des services administratifs

Une nouvelle ère

Pour le directeur général de l'organisme, c'est le début d'une nouvelle ère. Une trentaine de lits et 18 unités de logement s'ajoutent à l'offre de services de l'organisme.

Un sommier en métal dans une chambre individuelle aux murs peints en blanc.

Toutes les chambres du nouveau bâtiment sont individuelles. Sur la photo : une chambre située dans l’aile d’hébergement réservée aux femmes.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

Ce qui est bien c'est que chacune des chambres a un seul lit, donc on ne verra plus deux ou trois lits par chambre. La personne qui se dépose ici va se sentir en sécurité et plus elle se sent en sécurité mieux on peut interagir avec elle pour l'amener vers l'autonomie , explique Éric Boulay.

Pour celui qui était là il y a 11 ans lors de la naissance du projet, le résultat est on ne peut plus gratifiant.

Le directeur général, Éric Boulay, discute avec Simon-Dominique Chamberland, un usager de l'organisme dans la vieille salle à manger de Lauberivière sur la rue Saint-Paul.

Le directeur général, Éric Boulay, discute avec Simon-Dominique Chamberland, un usager de l'organisme.

Photo : Radio-Canada

Simon-Dominique Chamberland utilise les services de l'organisme ponctuellement depuis une dizaine d’années. Sa dernière colocation ayant mal tourné, il loge à Lauberivière le temps de se revirer de bord .

Étant lève-tôt, il aide parfois à préparer le déjeuner. La nouvelle salle à manger ultra lumineuse et la cuisine flambant neuve devraient lui plaire.

Une salle à manger dans une cafétéria.

Une fois la pandémie terminée, la nouvelle salle à manger de Lauberivière pourra accueillir jusqu’à 200 convives en même temps.

Photo : Radio-Canada / Louis Gagné

J'ai hâte vraiment de voir, j'ai entendu plein d'affaires. J'ai hâte d'essayer le nouveau lave-vaisselle, le nouveau toaster, etc. , se réjouit-il.

Les usagers pourront découvrir les nouveaux locaux à compter de lundi pour y dormir et mardi pour y manger.

Quand au grand manitou du déménagement, il restera à l'emploi de Lauberivière encore quelques mois le temps que tout soit bien rodé. Il attendra ensuite la fin de la pandémie pour repartir en tournée. Cette expérience de travail en sol québécois aura été marquante dans son parcours professionnel.

Le côté humain de ça, c'est tellement nouveau, ça m'ouvre les yeux sur quelque chose que je ne connaissais pas, conclut Rémy Auclair.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !