•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La carrière de rêve de Théodore Pellerin

Le jeune homme tient un trophée.

Théodore Pellerin n'a que 23 ans, mais il a déjà une impressionnante feuille de route, lui qui s'est illustré dans pas moins de 24 films et 5 séries.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Valiquette

Radio-Canada

Théodore Pellerin est à l’affiche, aux côtés de Sigourney Weaver, du nouveau film de Philippe Falardeau Mon année Salinger (My Salinger Year), qui sort vendredi au cinéma et en ligne. Un nouveau rôle en anglais qui s'ajoute à une carrière internationale bien remplie pour l’acteur québécois de 23 ans.

C’est Philippe Falardeau qui lui a offert sur un plateau le rôle du jeune homme obsédé par le personnage d’Holden Caulfield, du roman L’attrape-cœurs écrit par J. D. Salinger, qu’il interprète dans Mon année Salinger.

C’était vraiment un honneur que Philippe Falardeau ait eu envie de travailler avec moi, a-t-il confié à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. C’est un cinéaste que j’admire énormément.

De plus, Théodore Pellerin entretenait, déjà avant le film, un rapport assez personnel avec l’écrivain américain J. D. Salinger. J’avais découvert et beaucoup lu Salinger pour les besoins du personnage que j’ai joué dans le film Genèse de Philippe Lesage, a-t-il précisé.

De 30 vies à une série avec Kirsten Dunst

Depuis qu’il a fait ses premiers pas dans 30 vies en incarnant un ado victime d’intimidation en 2014, la carrière de Théodore Pellerin est foisonnante.

Celui qui est le fils de la chorégraphe Marie Chouinard et du peintre Denis Pellerin s’est illustré dans pas moins de 24 films et 5 séries, dont les séries américaines The OA et On Becoming a God in Central Florida avec Kirsten Dunst en 2019.

Il a aussi remporté l’Iris de la révélation de l’année pour Chien de garde, réalisé par Sophie Dupuis en 2018.

Plus récemment, il a joué dans les films américains Never Really Sometimes Always et Mayday, qui a été présenté en première lors du Festival du film de Sundance en janvier dernier.

Il continue de tourner au Québec puisqu’il fait partie de la distribution de la série Patrick Senécal présente. Il sera aussi à l’affiche de Souterrain, le nouveau film de Sophie Dupuis dont la sortie a été repoussée en raison de la pandémie.

Cette année, il s’envolera pour l’Italie pour un tournage de film et jouera une pièce de théâtre à Montréal, dont les détails restent inconnus.

Une soif de travailler et d’apprendre

Se pince-t-il un peu quand il regarde le parcours qui a été le sien ces dernières années? Absolument, je me sens excessivement choyé.

Parfois, on me pose la question : quels sont tes projets de rêve? Je suis déjà un peu en train de faire mes projets de rêve. Je tourne avec des gens que j’admire, je travaille dans des lieux différents.

Une citation de :Théodore Pellerin, acteur

Enchaîner les tournages – jusqu’à ce que le début de la pandémie le force à ralentir le rythme – ne pose aucun problème au jeune homme.lJe ne le vis pas vraiment comme un étourdissement, car ça a toujours été ce que je voulais. J’aime beaucoup travailler, a-t-il expliqué en entrevue avec Louis-Philippe Ouimet, journaliste pour ICI Radio-Canada Télé.

Cinq minutes avec Théodore Pellerin

Quand j’ai commencé à travailler à 16 ans, c’est vraiment car j’avais besoin de faire quelque chose de ma vie, a-t-il ajouté. J’étais tanné d’être à l’école et ça a été un épanouissement de commencer à travailler dans un milieu où j’avais l’opportunité de constamment être en apprentissage et en évolution.

Malgré le succès, Théodore Pellerin garde la tête froide. Quand tu es lead dans une série [On Becoming a God in Central Florida] sur un gros network avec Kirsten Dunst, ça permet d’avoir plus facilement accès à certains rôles. Mais ce n’est pas comme Game of Thrones. [On Becoming a God in Central Florida] a eu un succès raisonnable. J’en suis très fier, mais ça n’a pas radicalement changé ma vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !