•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les festivals attendent de savoir sur quel pied danser

Un homme déguste de la bière dans le cadre d'un événement tenu à l'extérieur et il discute avec les responsables du kiosque auquel il s'est arrêté.

Même si la température était plutôt maussade par moments, les festivaliers ont été au rendez-vous.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Dumais-Beaulieu

Radio-Canada

Après une année chamboulée par la pandémie, les différentes organisations d'événements réfléchissent à la forme que pourrait prendre leurs activités cet été.

Pour Festivalma, 80 % de la programmation 2020 a été reportée à l'édition 2021, prévue du 2 au 10 juillet. Comme le nombre de spectateurs pourrait être moins important, divers scénarios sont envisagés.

Dans nos échanges avec les artistes, il y a beaucoup d'ouverture. Un artiste qui devait venir avec une grande troupe, plusieurs musiciens, plusieurs accompagnateurs, est prêt à revoir un peu l'entente, quitte à revenir seul ou avec un guitariste, pour diminuer évidemment les coûts, a expliqué Janie Maltais, directrice générale de Festivalma.

De leur côté, les organisateurs du Festival des bières d'Alma ne tiennent pas à présenter un événement à tout prix. Ils ne veulent surtout pas le dénaturer.

On n'a pas de permanence à payer. On n'a pas d'employés que nous sommes obligés de mettre sur le break. On n'a pas non plus de subvention immense que l'on perdrait si jamais on ne l'organise pas, a mentionné Jonathan Perron, président du Festival des bières d'Alma.

L'organisation se demande même si les exposants, dont certains ont été touchés par la pandémie plus durement, seraient au rendez-vous. Participer à un événement brassicole habituellement, il y a un coût d'inscription et des coûts reliés. Il y en a pour qui ca peut être plus difficile. C'est une question aussi que l'on se posait : "Va-t-on être capable d'avoir assez d'exposants si la majorité met le budget ailleurs que dans l'événementiel pour cette année?", a-t-il avancé.

Avant de confirmer la tenue de leur édition, l'administration du Festival des couleurs du Fjord, présenté dans le Bas-Saguenay, a d'abord sondé et reçu une réponse favorable des quelque 80 artistes. Une ressource a aussi été engagée pour bâtir un plan de communication afin de donner un coup de pouce aux trois événements.

Après un an d'arrêt, il faut redémarrer la machine. Le plan de communication met beaucoup l'accent là-dessus. Il faut refaire la publicité, trouver des partenaires majeurs, Il y a beaucoup de travail à faire dans la réalisation de ce plan de communication-là, a révélé Anicet Gagné, vice-président du Festival des couleurs du fjord, prévu du 8 au 10 octobre.

Deux marionnettes géantes devant une foule.

Une scène croquée en 2019 au Festival international des arts de la marionnette de Saguenay.

Photo : Julie Larouche

Les artistes de la prochaine édition du Festival international des arts de la marionnette de Saguenay (FIAMS), annoncée du 27 juillet au 1er août, ont quant à eux usé d'imagination pour s'adapter au contexte.

On a une compagnie de marionnettes qui va nous présenter un spectacle qui est fait pour se dérouler dans un stationnement devant des CHSLD. Les gens peuvent voir le spectacle directement de leur balcon. Ce sont de grandes marionnettes qui sont faites pour aller dans de grands espaces, a illustré Philippe Joncas, directeur des communications et du marketing du FIAMS.

Toutes les organisations attendent avec impatience l'annonce des mesures sanitaires du gouvernement pour cet été concernant les événements. Le Regroupement des évènements majeurs internationaux (RÉMI) demandait d'avoir des réponses pour la mi-avril.

D'après un reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !