•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des commerces : si certains s’en réjouissent, d’autres attendent leur tour

Une employée dans un magasin de vêtements, devant une pile de colis à livrer.

La boutique de vêtements Annie Aime, sur l'avenue Ossington à Toronto, pourra finalement accueillir des clients à nouveau dès lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ville de Toronto et les régions de Peel et de North Bay-Parry Sound auront bientôt droit à un assouplissement des restrictions sanitaires.

L'ordre de rester à la maison sera levé dans ces régions à compter de lundi, juste après minuit.

Ce sera au tour des commerces jugés non essentiels de rouvrir leurs portes aux clients qui pourront se rendre à l’intérieur des commerces de détail.

Ça va compenser les mois tragiques qu’on a passés depuis le mois de décembre, indique la propriétaire de la boutique Annie Aime, Annie Mesenge.

Annie Mesenge pose dans sa boutique de vêtements Annie Aime.

Située au centre-ville de Toronto, la boutique Annie Aime a ouvert ses portes en 2013.

Photo : Avec l'autorisation d'Annie Mesenge

Alors qu’elle prépare la réouverture limitée de sa boutique de vêtements pour lundi, l’entrepreneure calcule que sa boutique a été fermée presque 200 jours depuis le début de la pandémie.

La réouverture même avec une capacité d'accueil restreinte est donc bien accueillie.

Je suis tellement contente. On attend ça depuis longtemps. Ça arrive au moment où on va recevoir les nouvelles collections pour le printemps alors c’est très positif.

Une citation de :Annie Mesenge, propriétaire, Annie Aime

Mais tandis que le passage en zone grise représente une bouffée d'oxygène pour les commerçants, d’autres doivent encore patienter.

C’est le cas de Bruno Rosales, dont le salon de coiffure ne pourra rouvrir que lorsque les autorités détermineront que la métropole pourra passer au palier rouge du Cadre d'intervention provincial.

Le coiffeur et son client sont protégés par des masques.

Le salon de coiffure pour homme Bruno Rosales, au centre-ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Katherine Brulotte

Forcément ça presse pour les entreprises comme la mienne qui ont été ouvertes il y a un an de ça, donc en 2020, souligne-t-il en précisant que son commerce a les reins un peu moins solides que d'autres entreprises en raison de sa fermeture forcée.

Rappelons qu’au palier gris du Cadre d'intervention provincial, les gymnases, les services de soins personnels et les salles à manger des restaurants vont demeurer fermés à Toronto et dans la région de Peel.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !