•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congédiement du CH : « Je croyais que c’était une joke », confie Stéphane Waite

Agenouillé sur la glace, il discute avec le gardien.

Stéphane Waite, ici en discussion avec Carey Price en 2014, travaillait avec les gardiens du Canadien depuis 2013.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Congédié mardi de son poste d’entraîneur des gardiens du Canadien de Montréal, Stéphane Waite confie avoir été abasourdi par cette décision qui lui a été annoncée par Marc Bergevin après la deuxième période du match contre les Sénateurs d’Ottawa.

C’était toute une soirée. Une soirée dont je vais me rappeler pour le restant de mes jours, malheureusement, explique le Sherbrookois, qui était en poste depuis 2013, au micro de l’émission Vivement le retour.

Entre les deux premières périodes, Stéphane Waite fait ce qu’il fait habituellement. Il descend discuter avec les entraîneurs pour voir s’il y a des ajustements à faire. Au début de la troisième période, Marc Bergevin, le directeur général du Canadien, arrive dans sa loge. C’est quelque chose qui n’arrive jamais, explique-t-il. Je me demandais ce qu’il voulait. C’est là qu’il m’a annoncé la nouvelle.

Ma première réaction, je croyais que c’était une joke. La première chose que je lui ai dit c’est : "tu me niaises?"

Une citation de :Stéphane Waite, ancien entraîneur des gardiens de but du Canadien de Montréal

Une surprise totale

Stéphane Waite accuse le coup. Il ne s’attendait pas à une telle décision, surtout qu’il n’y avait pas de signes avant-coureurs. Du samedi au lundi, on a eu de bonnes pratiques, de bonnes séances vidéos avec mes gardiens de but. Particulièrement avec Carey. C’est lui qui jouait mardi, poursuit-il.

Mardi, la journée se déroule comme tous les jours depuis 18 ans que je suis dans la ligue nationale. [On avait eu] une bonne pratique le matin, une bonne séance vidéo, de bons meetings avant match.

Une citation de :Stéphane Waite, ancien entraîneur des gardiens de but du Canadien de Montréal

La rencontre entre Waite et Bergevin a duré tout au plus cinq minutes. Stéphane Waite s’est dirigé vers les bureaux prendre ses affaires et il est parti. Tu sais qu’un jour, ça peut arriver. J’ai été chanceux. J’ai passé beaucoup de temps avant que ça n’arrive, dit-il. Ça peut paraître un peu raide, mais c’est de même que ça se passe dans le hockey.

C’était une surprise totale. Je m’attendais à tout, sauf à ça.

Une citation de :Stéphane Waite, ancien entraîneur des gardiens de but du Canadien de Montréal

L’une des raisons principales de son congédiement concernait le gardien de but Carey Price, explique-t-il. [Marc] m’a expliqué qu’il voulait faire un changement d’entraîneur de gardien de but pour relancer Carey et lui donner une nouvelle voie. Il n’y avait pas d’autres raisons. Il n’y avait pas de conflit. Aucun conflit avec l’entraîneur. Aucun conflit avec Marc, ni avec les gardiens de but. Tout allait bien, indique-t-il.

Stéphane Waite dit ne pas en vouloir au directeur général, avec qui il avait eu l’occasion de travailler à Chicago dans le passé. Mais l’incompréhension subsiste. C’est sûr que je ne suis pas d’accord avec la raison. Je pensais que mon message passait très bien. J’en suis encore convaincu aujourd’hui. [...] Carey me l’a confirmé quand on s’est vus mercredi, lance-t-il. Marc est payé pour prendre ces décisions-là. Le futur va nous dire si ça a marché ou pas, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !