•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux lacs ne sont plus accessibles au public, tranche la Cour d’appel de la C.-B.

Une femme et une fille devant un lac gelé.

L'épouse de Rick McGowan, Patti McGowan, et sa petite-fille se tiennent à côté du lac Stoney en décembre 2018. Sa famille a soutenu pendant des décennies que le ranch interdit illégalement au public l'accès aux lacs.

Photo : Gracieuseté de Rick McGowan

Radio-Canada

Le plus grand ranch de bétail en activité au Canada a gagné sa bataille pour interdire au public l'accès à deux lacs de pêche immaculés dans la vallée de Nicola, en Colombie-Britannique. La Cour d'appel a annulé une partie d'une décision de première instance selon laquelle ces lacs devraient être accessibles au public.

Depuis des années, la Douglas Lake Cattle Company (DCLC) et le Club de chasse et pêche de la vallée de Nicola se disputaient au sujet du droit d'accès à deux lacs à truites près de Merritt, en Colombie-Britannique.

Le conflit a failli être résolu en 2018 lorsqu’un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a statué que les lacs Minnie et Stoney devraient être accessibles au public.

Vendredi, le propriétaire du ranch, le milliardaire américain Stan Kronke, qui avait contesté cette décision devant la Cour d'appel, a remporté son pari.

Celle-ci a conclu que le tribunal inférieur avait commis une erreur, soulignant que des portions de sentiers et de routes menant aux lacs ne sont pas publiques et que ceux-ci n'atteignent pas tout à fait leurs rives.

Ainsi, même si l'eau des lacs est publique, il n'y a aucun moyen de s'y rendre sans violer le droit de propriété privée du détenteur des terres qui entourent les deux étendues d'eau.

Rick McGowan, qui a soutenu pendant des décennies que DCLC avait illégalement empêché les pêcheurs à la ligne de visiter ces lacs, dit que la décision crée un précédent qui pourrait menacer les itinéraires de randonnée à travers la province, puisque beaucoup d’entre eux traversent des propriétés privées.

C'est un coup dur pour les habitants de la Colombie-Britannique et du Canada, soutient M. McGowan, qui vit à Merritt. Ce qu'ils disent, c'est que les lois qui encadrent les voies routières et les lieux publics, que ces lois ne s'appliquent pas [aux routes et aux sentiers].

Pendant des années, DCLC a bloqué Stoney Lake Road et des sentiers centenaires avec des clôtures et des portes verrouillées pour empêcher le public de se rendre jusqu'aux deux lacs.

Les lacs Minnie et Stoney sont entourés de 200 000 hectares de terres appartenant au ranch. L'éleveur soutenait que les routes d'accès, les plans d'eau et les poissons qu'ils contiennent sont des propriétés privées.

Les membres du Club de chasse et pêche de la vallée de Nicola ont fait valoir que les lacs et la chaussée étaient des terres de la Couronne et devraient être libres d’accès pour tous.

Dans sa décision datant de 2018, le juge de première instance a entre autres noté que des fonds publics avaient été dépensés sur le chemin Stoney Lake, une route qui était auparavant un sentier historique menant à un village autochtone.

Vendredi, CBC/Radio-Canada a tenté sans succès de joindre les propriétaires du ranch pour qu'ils puissent commenter la décision.

M. McGowan dit que la province doit examiner la décision et envisager un appel en Cour suprême du Canada.

Avec les informations de Bob Keating, Chad Pawson et Tom Popy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !