•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une éclosion de COVID-19 au Manoir Laval freine la vaccination des résidents

Le Manoir Laval.

Le CISSS de Laval a mis un frein à la vaccination des résidents du Manoir Laval, jugeant que l'opération pourrait amplifier l'éclosion, toujours incontrôlée.

Photo : Radio-Canada

Laurianne Croteau

Les résidents du Manoir Laval devront faire preuve de patience. Une éclosion de COVID-19 dans cette résidence pour aînés force le report de la campagne de vaccination, qui devait démarrer cette semaine.

La direction a eu vent d’une éclosion le 17 février, et cet établissement du réseau des Résidences Soleil recense vendredi 63 cas de COVID-19, dont trois décès et sept hospitalisations, sur un total de plus de 800 résidents. Quatre membres du personnel ont aussi été déclarés positifs à la COVID-19.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval effectue un dépistage massif dans la résidence, qui inclut à la fois les locataires et les employés.

Les autorités de la santé ont pris la décision de reporter la vaccination, jugeant qu’il est inutile de vacciner lorsqu’une éclosion n’est pas contrôlée. Le risque d’administrer le vaccin à des patients potentiellement infectés, c’est d’accentuer la maladie, selon le Dr André Veillette, immunologiste et membre du Groupe de travail fédéral sur les vaccins contre la COVID-19.

Chez les gens qui sont très malades, le système immunitaire répond de façon excessive au virus, donc si on y ajoute le vaccin, ça pourrait accentuer cette réponse du système immunitaire, explique-t-il.

Incompréhension et frustration

La direction de l'établissement, qui était prête à lancer la campagne de vaccination depuis des semaines, ne comprend pas cette décision. Vraiment, on ne comprend pas le pourquoi des choses; on ne s’attendait pas du tout à ça, avoue Jean-François Dallaire, directeur général du Manoir Laval.

On avait annoncé la vaccination en grande pompe; tous nos résidents étaient contents, ç'a été accueilli comme une libération.

Une citation de :Jean-François Dallaire, directeur général du Manoir Laval

La direction aurait aimé que le CISSS de Laval vaccine les résidents en même temps que son personnel effectue le dépistage massif. Cependant, les autorités ne veulent pas risquer une propagation accrue du virus avec une campagne de vaccination.

Quand on parle de la vaccination, la façon dont on doit procéder, c’est de demander aux résidents de sortir dans le corridor, de se faire vacciner devant leur porte et d’attendre pendant 15 minutes [pour observer les symptômes], ce qui fait qu’il peut y avoir plusieurs résidents dans un même corridor, a expliqué le directeur de la santé publique au CISSS de Laval, Jean-Pierre Trépanier, en conférence de presse.

Quand on ne sait pas lesquels sont positifs ou négatifs, on ne peut pas prendre [ce risque]-là, a-t-il ajouté.

Il y a aussi une proximité plus étroite, donc plus risquée, entre le personnel soignant et les résidents au moment de leur administrer un vaccin.

Dans le cas du dépistage, les employés peuvent fournir le matériel nécessaire et demander aux résidents d’effectuer eux-mêmes le prélèvement salivaire.

Le Manoir Laval n'était pas considéré comme étant prioritaire pour la vaccination, puisque ses 800 résidents sont en grande majorité des aînés autonomes ou semi-autonomes. Les 24 résidents les plus vulnérables ont toutefois reçu une première dose avant leurs voisins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !