•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’accouchements à Campbellton depuis près d'un an : à quand la reprise?

Une femme enceinte lors d'une consultation avec une sage-femme.

Les femmes enceintes ne peuvent plus accoucher à Campbellton depuis près d'un an.

Photo : iStock

Les femmes enceintes de la grande région de Campbellton doivent se déplacer vers un autre hôpital, comme celui de Bathurst, pour accoucher depuis plus de onze mois. Des professionnels de la santé craignent que Campbellton perde pour de bon les services d’obstétrique et de pédiatrie.

Le 3 avril 2020, le réseau de santé Vitalité annonçait que les services d'obstétrique et de pédiatrie offerts à l’hôpital régional de Campbellton, dont les accouchements, seraient interrompus temporairement à partir du 5 avril 2020.

Au moment de l'annonce (Nouvelle fenêtre), Vitalité blâmait un manque de pédiatres dans le nord de la province et l’absence de médecins suppléants (locums) habituels en raison de la pandémie de la COVID-19.

Onze mois plus tard, cette interruption temporaire s’éternise.

Beaucoup d'inquiétude chez les futures mamans

Femme enceinte avec cheveux noirs et robe noire posant à la caméra dans un décor enneigé.

Une mère de la région de Campbellton, Véronique Levesque, quelques semaines avant son accouchement

Photo : Avec la gracieuseté de Véronique Levesque

Tout au long de sa toute première grossesse, Véronique Levesque s’est inquiétée de la distance entre son domicile de Campbellton et l’hôpital régional Chaleur de Bathurst où son accouchement était prévu.

L’expérience de la grossesse, c’est quelque chose qui était inconnu pour moi. J’habite à deux secondes littéralement de l’hôpital de Campbellton. De penser que je devrais faire une 1h15 de route pour aller à l’hôpital, pour moi c’était un stress.

Une citation de :Véronique Levesque, résidente de Campbellton

Le 31 janvier, soit deux semaines avant la date prévue de l’accouchement, elle a eu toute une frousse. Aux prises avec d’importantes contractions, elle s’est présentée à l’urgence de l’hôpital régional de Campbellton vers 1 h du matin. Sur place, le personnel soignant constate vite que son travail a commencé et qu’elle doit être envoyée d’urgence par ambulance à l’hôpital de Bathurst.

Lors du trajet, Véronique Levesque a craint d’accoucher dans l’ambulance, sans la présence de son conjoint. Tout au long de ma grossesse, j’imaginais d’accoucher dans une salle d’accouchement avec mon conjoint et que tout se passe comme je l’avais imaginé.

J’ai plusieurs amies qui ont accouché à Bathurst ou qui vont le faire bientôt. Nous partageons toutes les mêmes inquiétudes.

Une citation de :Véronique Levesque, résidente de Campbellton

Heureusement, elle s’est rendue sans problème à l’hôpital. Même que le bébé s’est fait attendre encore une bonne douzaine d’heures avant de montrer le bout de son nez.

Stella, une belle fillette en santé pesant plus de huit livres, est née peu après 16 h.

Vers la disparition des services d'obstétrique?

La façade de l'hôpital.

L'hôpital de Campbellton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Ces inquiétudes, on les entend un peu partout dans la région.

Certains professionnels de la santé ont confié, sous le couvert de l’anonymat par peur de représailles, craindre que les services d’obstétrique et de pédiatrie disparaissent à tout jamais de l’hôpital régional de Campbellton.

Pour appuyer leurs propos, ils soulignent le déménagement récent de Campbellton vers Bathurst de l’un des deux seuls pédiatres de la région. Le docteur Mohammed Rizk a toutefois gardé une clinique de pédiatrie au centre-ville de Campbellton, un local en apparence vide.

Au sujet de ce déplacement, Dre France Desrosiers, la PDG du réseau de santé Vitalité dit que les niveaux de soins en périnatal sont un peu plus avancés à Bathurst et qu'il s'agit d'un choix personnel et professionnel du spécialiste.

La Dre France Desrosiers dans un bureau.

La Dre France Desrosiers, présidente-directrice générale de Vitalité

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Ces professionnels craignent aussi qu’en s’éternisant ainsi, cette suspension entraîne avec elle une perte du savoir-faire du personnel infirmier, étant donné que certains ont déjà réorienté leur carrière dans d’autres secteurs de la santé.

Maintenir les acquis

Les leaders communautaires et politiques de la région commencent aussi à s'impatienter.

La suspension de services à l’hôpital est toujours une source d’inquiétude. Et quand ces fermetures se prolongent, ça soulève un drapeau rouge pour nous.

Une citation de :Brad Mann, président de la Commission des services régionaux du Restigouche

La Commission des services régionaux du Restigouche prépare d'ailleurs un mémoire qui sera bientôt déposé auprès de la ministre de la Santé, Dorothy Shephard. Cette dernière mènera dans les prochaines semaines une série de consultations en prévision d'une réforme de la santé.

Brad Mann.

Brad Mann est président de la Commission des services régionaux du Restigouche

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Au cœur de préoccupations qui seront exprimées, l’organisme prévoit insister sur le maintien de tous les services en place à l’hôpital régional de Campbellton.

C’est très important de retenir tous les services que nous avons. Je ne veux perdre aucun département, ajoute Brad Mann.

Une situation qui s'aggrave

La PDG du Réseau Vitalité, la Dre France Desrosiers, affirme que le problème en est un de ressources humaines, autant au niveau du personnel médical que du personnel infirmier. Nous avons des défis infirmiers majeurs dans tous les secteurs de cet hôpital, ajoute-t-elle.

Elle dit qu'au lieu de s'améliorer, la situation s'est détériorée en raison de la pandémie.

Il y a des positions vacantes depuis des mois, voire des années dans toutes les zones du Nord en pédiatrie avec, pour l'instant, très peu sinon aucun candidat en vue.

Une citation de :Dre France Desrosiers, PDG du réseau de santé Vitalité

Dre France Desrosiers dit que c'est toujours une priorité pour Vitalité de rétablir un certain niveau de service à l'hôpital régional de Campbellton mais qu'il est important que ce service soit sécuritaire et stable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !