•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étudiante transforme la Botsford Station en bâtiment écologique à Moncton

La Station est un espace de travail dans la Botsford Station.

La Station est un espace de travail dans la Botsford Station.

Photo : Radio-Canada

Frédéric Cammarano

Une étudiante de l'Université de Moncton, Emilie Savoie, a travaillé avec le propriétaire de la Botsford Station, un bâtiment centenaire au centre-ville de Moncton qui abrite notamment un espace de travail partagé, afin de rendre le bâtiment plus écologique.

Ensemble, Emilie Savoie et le propriétaire Dan Gillis ont préparé un plan de rénovation pour le bâtiment. Le propriétaire souhaitait faire des rénovations en utilisant des matières recyclées et en intégrant le plus possible les énergies renouvelables.

Ensemble, ils ont rédigé un plan pour rénover le troisième étage et ainsi agrandir l'espace de travail partagé La Station. Ils comptent installer un système capable de récolter l'eau de pluie pour alimenter le bâtiment en eau et utiliser de vieux journaux comme isolant.

Emilie Savoie est finissante au programme d'ingénierie de l'Université de Moncton

Emilie Savoie est finissante au programme d'ingénierie de l'Université de Moncton

Photo : Radio-Canada

Ça a comme peu d'impact sur l'environnement, puis ça fait un bon isolant qui rend le bâtiment aussi plus efficace sur le plan énergétique, ce qui fait que la consommation énergétique est diminuée, puis on a moins besoin d'utiliser l'énergie du réseau, explique Émilie Savoie.

Elle utilise le plan comme projet universitaire de fin d'année et elle l'a présenté avec une autre étudiante à la Compétition nationale d'ingénierie. Elles ont obtenu la deuxième place, une première pour l'Université de Moncton.

Plus coûteux à court terme

Il coûte souvent plus cher à court terme de faire des rénovations écologiques. Par exemple, sur papier, celles de la Botsford Station pourraient s’élever à 800 000 $. Cependant, ces rénovations écologiques permettront de faire des économies à long terme, notamment en réduisant les factures d'électricité et d'eau.

Si on prend toujours des raccourcis, puis on rénove toujours le moins cher possible, les répercussions environnementales sont énormes, explique Mylène Després, propriétaire de La Station. Parce qu'on s'entend que du sustainable, c'est sur le long terme.

La Botsford Station, à Moncton

La Botsford Station, à Moncton

Photo : Radio-Canada

Servir d'exemple

On ne voit pas souvent de bâtiments qui se font faire de façon écologique. La ville de Moncton manque un peu d'innovation quand ça vient à la conception de bâtiments, constate l'étudiante, avec regret.

Ce projet-là m'intéresse énormément, parce qu'il y a tellement de choses dans notre province qui ne sont pas écoresponsables, renchérit Mylène Després.

L'équipe de la Botsford Station ne compte pas simplement rénover le bâtiment, mais veut inspirer d’autres à faire de même.

L’idée gagne en popularité, notamment dans le cas des maisons.

On a tout le travail dont on a besoin en rénovation. Nous nous sommes engagés à faire des rénovations pour la prochaine année, explique John Kilpatrick, le président de la coopérative EnerGreen, qui se spécialise dans les bâtiments écologiques.

Cependant, les maisons écologiques, et ce peu importe la définition, comptent toujours pour une minorité des constructions, selon John Kilpatrick.

La coopérative, tout comme l'équipe de la Botsford Station, croit qu'il faut prendre ce virage vert dans l'immobilier afin de réduire les émissions de CO2 liées aux bâtiments. Elles représentent près de 40 % de toutes les émissions.

Ça fait que si on est capable d'aller adapter la façon qu'on construit ou qu'on rénove pour être plus écoresponsable, on va avoir une meilleure empreinte sur l'environnement, assure Emilie Savoie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !