•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La série de films Un prince à New York, entre comédie et représentation de l’Afrique

Les deux acteurs sont vêtus de belles toges et affichent un air incrédule.

Arsenio Hall et Eddie Murphy dans une scène du film «Un prince à New York 2».

Photo : YouTube / Amazon Prime Video

Radio-Canada

Plus de 30 ans après le film culte Un prince à New York, Eddie Murphy se glisse à nouveau dans la peau du prince Akeem, dans la vague des suites à haut potentiel nostalgique. En plus d’avoir fait rire des millions de personnes, ce classique des années 80 est aussi un précurseur de Black Panther, avec sa représentation de l’Afrique au cinéma.

L’humoriste québécois Erich Preach Étienne a toujours adoré le film Un prince à New York, et il a même un faible pour sa version doublée en français. Il faut dire que les intonations du doubleur Med Hondo sont marquantes et que ses répliques tranchantes sont bien connues des personnes initiées.

Si ce film passe à la télé, je l’écoute! s’exclame Preach en entrevue. Je connais les punchs, je sais ce qui se passe. J’ai dû l’écouter au moins 50 fois!

Le jeune homme s'esclaffe devant un micro.

L'humoriste Preach est un grand fan du film culte mettant en vedette Eddie Murphy.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Dans ce nouvel opus, le prince Akeem, interprété par Eddie Murphy, devient roi de Zamunda, une nation fictive d'Afrique, mais il n’a pas de fils héritier pour lui succéder. Le personnage apprend alors qu’il a un fils illégitime qui vit à New York, ce qui le pousse à y revenir pour le retrouver. S’ensuivent alors de nouvelles aventures, qui les ramèneront dans leur pays natal.

Comme dans le premier film, Eddie Murphy se glisse dans la peau de plusieurs autres personnages, dont Mr Clarence, le barbier de Queens aux opinions arrêtées. Arsenio Hall reprend aussi le rôle de Semmi, le fidèle compagnon du prince Akeem. Les acteurs Tracy Morgan et Wesley Snipes, entre autres, font aussi leur apparition à l’écran.

Un film précurseur de Black Panther?

Ce nouveau chapitre est l’occasion de se rappeler l’impact du premier film dans l’univers du cinéma. Sorti en 1988, Un prince à New York représentait un ovni dans l’offre de l’époque, puisqu’il plaçait des acteurs noirs dans des rôles de premier plan. Bien que stéréotypé, le film présentait aussi une vision d’une nation africaine riche et développée. 

Cela contrastait avec l'habitude d’Hollywood de produire des films sur l’Afrique portés par les expériences de personnes occidentales. Pendant longtemps, ces productions ont aussi raconté des histoires misérabilistes à propos du continent.

Sans l’attrait et les efforts d’Eddie Murphy, qui était alors au sommet de sa gloire, cette comédie n’aurait probablement pas vu le jour. L’acteur, qui venait de terminer la trilogie Le flic de Beverly Hills, s’est aussi entouré de talents provenant de la communauté afro-américaine, malgré les réticences de son studio. Pourtant, ce film a connu un franc succès en générant 288 millions de dollars américains en recettes mondiales.

L'homme porte une couronne d'or devant un paysage de gratte-ciel à New York.

Eddie Murphy sur l'affiche du film « Un prince à New York ».

Photo : Paramount Pictures

Plusieurs personnes estiment qu’avec sa popularité et sa représentation positive d’une nation africaine forte et émancipée, cette comédie d’Eddie Murphy a eu, à l’époque, un impact similaire à celui de Black Panther, sorti en 2018 et mettant en vedette Chadwick Boseman. Dans la bande-annonce du film Un prince à New York 2, on fait d’ailleurs un clin d'œil au Wakanda, la nation africaine au cœur du film de Marvel.

Trois décennies plus tard, il s’agit de voir si le ton humoristique du film aura passé l’épreuve des années. Aux dires des critiques de cette suite, le royaume de Zamunda semble être resté figé dans le temps et plusieurs gags sont calqués sur ceux du premier film. Avec le recul, d’autres ont aussi relevé la vision monolithique de l’Afrique qu’avait adoptée la production en 1988.

J’ai des émotions [partagées], premièrement parce que j’ai peur d’être déçu », admet l’humoriste Preach, qui n’a pas encore vu le film. « Il faut qu’il y ait des gags à la nouvelle sauce avec un rappel de la nostalgie. Il y a indéniablement des gags qui ne passeraient pas [aujourd’hui], alors il faut renouveler le tout.

Le film Un prince à New York 2 est offert sur la plateforme de diffusion Amazon Prime.

Avec les informations de Variety, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !