•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Madelinots réclament des hôtels désignés au N.-B. et à l'Î.-P.-É.

Le pont de la Confédération à l'Île-du-Prince-Édouard, en janvier 2021.

Le pont de la Confédération, qui relie le Nouveau-Brunswick à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Des Madelinots demandent à Québec de presser le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard de désigner des hôtels pour les accueillir quand ils rentrent chez eux. Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, déposera un mémoire à cet effet mardi à l’Assemblée nationale du Québec.

En raison de la pandémie, il est strictement interdit pour les voyageurs routiers qui traversent le Nouveau-Brunswick ou l'Île-du-Prince-Édouard de dormir à l'hôtel. Joël Arseneau réclame que les Madelinots et les touristes qui voyageront l’été prochain soient exemptés de la quarantaine obligatoire.

On pense que le risque est beaucoup plus important de prendre la route dans des conditions non sécuritaires que de permettre, par exemple, à des gens d'arrêter dans un hôtel où il y aurait des mesures sanitaires en place.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine, Parti québécois

Il dit avoir écrit à quatre reprises au cabinet du premier ministre François Legault pour qu’il presse ses homologues du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, et de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, d'agir en ce sens. Il n'a jamais répondu de façon directe. Parfois, j'ai eu des réponses de ses ministres.

La situation actuelle n’est pas idéale

Au cabinet du premier ministre du Québec, malgré certaines avancées, on ne cache pas qu’il reste certains irritants et que la situation actuelle n’est pas idéale. Des démarches ont été entreprises pour la mise en place d’hôtels désignés pour les voyageurs québécois.

Nous sommes toujours en attente d’un retour de la part des autorités politiques et sanitaires du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. Les ministres Geneviève Guilbault et Sonia LeBel poursuivent les discussions avec leurs homologues respectifs.

Une citation de :Cabinet de François Legault

Interrogé à ce sujet jeudi, le premier ministre Blaine Higgs ne voit pas pourquoi le Nouveau-Brunswick ne pourrait pas sélectionner des hôtels. Il s’est engagé à se pencher sur la question.

Quant à Dennis King, son cabinet précise que, malgré l’absence d’hôtels désignés à l’Île-du-Prince-Édouard, les Madelinots seront admis dans des établissements de la route 1 et 2 lors de circonstances atténuantes.

J’étais fatiguée

Le mois dernier, Lise Deraspe a parcouru presque 1000 kilomètres entre Québec et l’Île-du-Prince-Édouard. Ce n’est qu’une fois au poste de contrôle qu’elle a appris que le départ du traversier qui devait l’amener à Cap-aux-Meules était reporté de 24 heures, en raison des conditions météorologiques.

On m'a ordonné de reprendre la route jusqu'au Québec, raconte-t-elle. Je ne le croyais comme pas, parce que je venais de passer sept heures sur la route, dans des conditions hivernales. J'étais fatiguée.

Pendant trois heures, elle a argumenté avec les autorités pour être autorisée à dormir à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Il n'y avait pas de négociation possible. C'est là que je me suis mise à pleurer comme une Madeleine.

Je me suis demandée, suis-je au Canada moi là? Est-ce que je suis au Maroc? Est-ce que j'arrive du Mexique? Je traverse pour aller chez nous. Je trouvais ça vraiment difficile comme situation.

Une citation de :Lise Deraspe
Fani Barrette et son conjoint.

Un couple de Québécois a dû soudoyer le conducteur d’une dépanneuse pour quitter le Nouveau-Brunswick après avoir heurté un orignal en pleine nuit.

Photo : Courtoisie

En pleine nuit d’octobre, l’an dernier, Fani Barrette et son conjoint ont heurté un orignal sur l’autoroute 2, entre Fredericton et Moncton. Ni le policier ni le chauffeur de la dépanneuse n’ont voulu les faire monter dans un véhicule pour les escorter jusqu'à la ville la plus proche.

On était la peste. Il ne fallait pas que les Québécois entrent au Nouveau-Brunswick. On allait tous leur donner la COVID-19.

Une citation de :Fani Barrette

Leur histoire a beau avoir fait les manchettes l’automne dernier, la situation n'a pas changé. Personne n'a rien fait. Je trouve ça épouvantable, déplore-t-elle.

Les hôtels sont prêts

L’hôtel Coastal Inn de Moncton, qui accueille déjà des clients qui doivent s’isoler, voudrait accueillir les Madelinots si la province le permettait.

La directrice du Coastal Inn dans une chambre.

La directrice du Coastal Inn, à Moncton, utilise une machine à vapeur pour désinfecter les chambres.

Photo : Radio-Canada

Le propriétaire, Ron Toogood, qui est aussi président de l’Association des hôteliers du Grand-Moncton, anticipe un bain de sang pour ses membres si l’été 2021 se déroule comme celui de 2020. Même son de cloche du côté de l’Association de l'industrie touristique du Nouveau-Brunswick.

Je suis vraiment inquiète de voir combien de nos exploitants vont être capables de survivre un autre été avec de 50 à 100 % de moins de revenus, confie sa PDG, Carol Alderdice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !