•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Booba tire sa révérence avec Ultra, son dixième et dernier album

Un homme avec une casquette sourit.

Avec 26 ans de carrière et près de 3 millions d'albums vendus, Booba a laissé une trace indélébile dans le milieu du hip-hop français.

Photo : afp via getty images / GABRIEL BOUYS

Radio-Canada

Après 26 ans de carrière, le duc de Boulogne a livré dans la nuit de jeudi à vendredi son dixième opus, Ultra, annoncé sur Twitter comme étant son dernier album. Dès ses débuts, dans les années 1990, le rappeur a marqué au fer rouge le milieu du hip-hop dans l’Hexagone.

Démêlés avec la justice, déclarations fracassantes, rivalités avec d’autres rappeurs… Booba, de son vrai nom Élie Yaffa, n’a jamais laissé les gens indifférents. Malgré toutes les frasques de l'artiste, son empreinte sur le rap français demeure incontestable.

Né en 1976 à Boulogne-Billancourt, dans la banlieue parisienne, d’une mère franco-belge et d’un père sénégalais, Booba a fait ses débuts comme danseur de hip-hop, notamment pour le groupe Coup d’État Phonique. C’est toutefois sa rencontre avec le rappeur Ali qui le place sur la voie du hip-hop, au sein du groupe marginal Lunatic, qui s’est dissous en 2003 après un seul album, Mauvais œil (2000).

Le jeune homme à la langue bien pendue a lancé sa carrière solo en 2002, avec Temps mort. Cet album, qui inclut des titres comme Nouvelle école et Strass & paillettes, est aujourd'hui considéré comme un classique du rap français. En quelques années à peine, Booba est devenu l’un des plus gros vendeurs de disques en France et une figure incontournable de la culture populaire.

Métagore et correcteur de tonalité

Dans un article de la Nouvelle Revue française publié en 2003, l'écrivain Thomas A. Ravier a inventé un néologisme pour décrire le débit inimitable et les paroles imagées du rappeur : le métagore. Des rapprochements qui n'ont pas lieu d'être, [...] une apparition vénéneuse, rétinienne, brusque, brutale, impossible à se retirer de la tête, écrivait-il alors.

Booba est aussi l’un des premiers en France à avoir popularisé Auto-Tune, un logiciel initialement conçu pour corriger la tonalité de la voix et permettre aux interprètes de chanter juste. Bien que souvent critiqué pour son côté artificiel, le correcteur de tonalité a depuis été utilisé à toutes les sauces, principalement dans un but esthétique ou expérimental.

B2O s’est également démarqué par son approche férocement indépendante. Son premier album est sorti sous étiquette 45 Scientific, qu’il avait créée en 1999 avec Ali et Geraldo pour commercialiser le premier album de Lunatic. Il a par la suite quitté cette maison de disques pour en fonder une nouvelle, Tallac Records, qui a été derrière les neuf albums suivants du rappeur.

En un quart de siècle, Booba a vendu près de 3 millions d’albums, s’établissant année après année comme l’un des artistes les plus populaires en France.

Son dixième album, Ultra, comprend 14 titres, dont la moitié en solo et l’autre moitié en collaboration avec des artistes comme SDM, JSX, Gato et Bramsito.

Bien que ce soit son dernier album officiel, Booba compte bien sortir quelques chansons ici et là dans l’avenir, comme il l’affirmait dans une récente conversation avec le youtubeur Julien Beats, 13 ans, pour le compte du site Konbini.

Avec les informations de Konbini

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !