•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter teste un bouton pour annuler la publication de gazouillis

Un oiseau blanc sur fond bleu, l'icône de Twitter

Twitter teste une nouvelle fonction pour les personnes trop rapides sur la gâchette.

Photo : Associated Press / Matt Rourke

Radio-Canada

Les internautes qui rêvent de voir apparaître un bouton d’édition sur Twitter ne sont pas si loin du but : le réseau social teste une fonction qui permet d’annuler la publication d’un gazouillis après qu'on a appuyé sur « publier ».

Sur Twitter, vous cliquez sur publier, puis réalisez après-coup que vous avez omis d’indiquer un mot-clic ou encore que votre texte comporte une coquille. Mais il est trop tard pour modifier votre message.

Ce scénario pourrait bientôt appartenir au passé, selon ce qu'a découvert Jane Manchun Wong, une ingénieure informatique et blogueuse qui traque les fonctionnalités cachées des applications.

Cette dernière a publié un GIF animé sur Twitter montrant une fonction qui permet à l’internaute d’obtenir un minuteur d’environ six secondes après avoir appuyé sur publier pour annuler la tâche. Toutefois, il ne semble pas possible de voir le contenu de son gazouillis pendant ce délai.

Le réseau social a confirmé l’information à Mashable vendredi, sans toutefois mentionner à quel endroit dans le monde le bouton était testé.

Cette fonction arrive une semaine après que Jack Dorsey, le PDG de Twitter, a annoncé vouloir offrir aux influenceurs et influenceuses un service qui permettrait à leurs fans sur le réseau social d’accéder à du contenu exclusif en échange d’un montant d’argent. Les internautes ont ensuite inondé la toile de mèmes empruntant le mot-clic #RIPTwitter, qui soulignait le besoin d’un bouton d’édition sur Twitter.

Avec les informations de Mashable

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !