•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident mortel à Granada : les preuves tombent contre Mathieu Desgagné

Un homme a mis son manteau sur sa tête pour descendre les marches du palais de justice de Rouyn-Noranda.

Mathieu Desgagné cachait son visage à sa sortie du palais de justice, le 26 août.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada

Le tribunal a rejeté, vendredi matin, la preuve contre Mathieu Desgagné. Le jeune homme a happé mortellement deux jeunes filles dans le quartier Granada, à Rouyn-Noranda, en août 2017.

Desgagné est accusé de conduite dangereuse et de négligence criminelle causant la mort des deux adolescentes.

Le juge Thierry Potvin estime que des erreurs ont été commises par les policiers lors de cette enquête et a donc écarté les principaux éléments de preuve dans ce dossier.

Une ordonnance de non-publication nous empêche de dévoiler les détails de la preuve pour l'instant, mais la façon dont certaines auraient été obtenues va à l'encontre de la Charte des droits et libertés, selon le juge Thierry Potvin.

Le juge a qualifié d'imprudent et d'injustifiable le travail des policiers pour ce type d'enquête.

Il estime devoir rendre cette décision pour maintenir la confiance du public envers le système de justice. Le dossier sera de retour en cour le 19 avril.

Il est possible que les accusations contre Mathieu Desgagné soient abandonnées par la Couronne.

Périmètre de sécurité mis en place après que deux adolescentes aient été heurtées par un automobiliste.

L'accident est survenu en août 2017 près de l'entrée de Granada, à Rouyn-Noranda (archives).

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

L'avocate de la défense a d'ailleurs mentionné en cour que le DPCP s'était engagé à retirer les accusations si les preuves devaient se révéler inadmissibles.

Pour Valérie Champagne, la mère d'une des victimes, c’est la déception et le sentiment d’injustice qui prédominent à la suite de cette décision.

L’absence de l’accusé au tribunal a également déçu les membres de la famille des victimes.

Nous aurions aimé qu’il [Mathieu Desgagné] soit ici aujourd’hui, pour faire face à la justice [en personne] ainsi qu’au regard des gens, a-t-elle déclaré.

Mme Champagne ajoute qu’elle aurait aimé en dire plus, mais qu'une ordonnance de non-publication toujours en vigueur ne lui permet pas de le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !