•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépistage asymptomatique à la traîne et stratégie décousue dans les écoles de l'Ontario

Une file d'attente de familles à l'extérieur.

La Ville d'Ottawa a dépisté presque deux fois plus dans ses écoles que Toronto.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Trois semaines après le début de la campagne de dépistage de la COVID-19 auprès des élèves et enseignants asymptomatiques en Ontario, plusieurs conseils scolaires n'ont toujours pas encore commencé. Les dizaines de milliers de tests disponibles chaque semaine pour les écoles sont rarement utilisés.

Au total, près de 10 000 tests ont été effectués auprès de personnes asymptomatiques dans plus de 700 écoles de la province. Par ce dépistage, 66 cas de COVID-19 ont été confirmés. Selon le gouvernement Ford, au moins 235 écoles doivent mener des tests auprès des volontaires asymptomatiques chaque semaine pour respecter la cible minimale de 5 %.

Au cours des sept derniers jours, 3294 tests de dépistage ont été effectués auprès de communautés scolaires.

Selon le gouvernement Ford, c'est la première fois que plus de 5 % des écoles participent au programme provincial. Ottawa et Toronto mènent la campagne de dépistage dans leurs établissements scolaires. Hamilton et les régions de Peel et York ont aussi commencé à dépister leurs élèves et enseignants.

Le dépistage asymptomatique se fait de plusieurs façons suivant la région, le bureau de santé publique local et le conseil scolaire.

Très lent et très peu

Le rythme du dépistage asymptomatique dans la province inquiète la présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO). Anne Vinet-Roy souligne que le faible nombre de tests effectués ajoute un stress supplémentaire aux enseignants et aux membres du personnel des écoles qui font face à la présence grandissante de variants.

C’est dommage et c’est frustrant, lance la présidente qui comptait sur le succès de ce programme pour rassurer ses membres un peu partout dans la province.

On nous faisait la promesse que c’était correct de rouvrir les écoles et c’est très très lent et c'est très peu comparativement à ce que le gouvernement a promis par rapport aux potentiels 50 000 tests par semaine, poursuit-elle.

Le nombre de tests effectués dans les écoles francophones à Toronto et Ottawa sera inclus dans le bilan des régions respectives indique pour sa part le ministère de l'Éducation par courriel.

Beaucoup de confusion règne quant à la façon de se faire tester. Certaines écoles proposent un lieu de rassemblement, d'autres des cliniques mobiles, certains doivent se rendre chez un pharmacien et d'autres chez le médecin, explique Mme Vinet-Roy.

Une femme masquée porte dans ses bras un jeune enfant, auquel une infirmière est en train de faire un prélèvement de sécrétions nasales pour le dépistage de la COVID-19.

Le dépistage de la COVID-19 est en cours dans des écoles du Nord de l'Ontario touchées par des éclosions.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Le conseil scolaire Viamonde a déjà invité des parents d'élèves de 4 ans et plus à récupérer une trousse de dépistage cette fin de semaine sur une base volontaire. C'est l’hôpital SickKids qui s'occupera de l'analyse des tests pour les écoles de Toronto et Lifelabs pour celles de Kitchener-Waterloo.

La planification des tests de dépistage sera évolutive afin de suivre les tendances de la propagation de la COVID-19. Les régions sélectionnées pourront donc varier au fil des semaines, précise pour sa part le conseil scolaire Viamonde dans un courriel envoyé à Radio-Canada. Il pourrait s'agir d'un test PCR, un échantillon de salive ou un prélèvement nasal, en fonction du fournisseur de la région.

Écoles de Viamonde ciblées à Toronto

  • École élémentaire Charles Sauriol
  • École secondaire Etienne-Brûlé
  • École élémentaire La Mosaïque
  • École élémentaire Jeanne Lajoie
  • École élémentaire Pierre Elliott Trudeau
  • École élémentaire Mathieu da Costa

Écoles de Viamonde ciblées à Kitchener-Waterloo

  • École secondaire David Saint-Jacques
  • École élémentaire l’Harmonie

Source : Conseil scolaire Viamonde

Le dépistage asymptomatique n'a pas encore commencé pour les écoles du Conseil scolaire de district catholique de Windsor-Essex qui vise maintenant le 19 mars, un mois après le début du programme annoncé par le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce.

Nous coordonnons actuellement nos efforts avec le Bureau de santé du comté de Windsor-Essex, le conseil scolaire du comté du Grand Essex, le Conseil Scolaire Catholique Providence, le Conseil Scolaire Viamonde et le fournisseur qui a été désigné pour effectuer les tests, écrit le responsable des communications du Conseil scolaire catholique de district de Windsor-Essex, Stephen Fields, par courriel.

Le conseil scolaire du comté du Grand Essex est dans la même situation. Il n’a pas encore commencé le dépistage asymptomatique dans ses écoles.

Ces conseils scolaires ont joint leurs forces pour identifier et prioriser les écoles des quartiers les plus touchés par la pandémie, quel que soit le conseil scolaire qu'ils fréquentent. Les tests seraient offerts sur un horaire alterné en ciblant par exemple, une école de chaque conseil scolaire par semaine.

Selon le Conseil scolaire catholique de district de Windsor-Essex, tous les documents d'informations seront disponibles en français, ce qui expliquerait en partie ce délai.

Au conseil scolaire MonAvenir, des trousses de dépistage rapide ont été distribuées aux familles d’élèves et aux membres du personnel asymptomatique à la fin du mois de février, en collaboration avec le ministère de l’Éducation et le bureau de santé publique de Toronto. Les écoles Sacré-Cœur, Sainte-Marguerite-d’Youville et Saint-Frère-André participent notamment à cette initiative.

Toutefois, selon le ministère de l'Éducation, ces trousses ne font pas nécessairement partie du programme provincial de dépistage asymptomatique dans les écoles.

Le gouvernement Ford rappelle que le dépistage se fait sur une base volontaire, mais souhaiterait que plus de personnes se mobilisent.

L'Ontario compte au moins une infection à la COVID-19 dans près de 15 % de ses écoles, soit plus de 700.

La province rapporte 96 nouveaux cas de COVID-19 en milieu scolaire vendredi. Une trentaine d'écoles aux prises avec des éclosions du virus sont actuellement fermées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !