•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les produits à base de cuivre tuent efficacement les bactéries, selon TransLink

L'intérieur d'un autobus avec des affiches sur certains sièges pour dire qu'ils ne sont pas accessibles.

Selon TransLink, les produits à base de cuivre sur des surfaces de véhicules fréquentés par des usagers tuent jusqu'à 99,9% des bactéries dans l'heure suivant le contact.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Radio-Canada

Les résultats d'une étude menée par la société de transport en commun TransLink, à Vancouver, révèlent que les produits à base de cuivre sur des surfaces de véhicules utilisés par des usagers tuent jusqu'à 99,9 % des bactéries dans l'heure suivant le contact.

TransLink avait été la première société de son domaine en Amérique du Nord à tester l'efficacité du cuivre pour détruire les bactéries et les virus, comme celui qui cause la COVID-19.

Au lancement du projet pilote, en novembre 2020, la compagnie avait affirmé se baser sur les propriétés désinfectantes du cuivre, déjà démontrées dans le passé.

Par voie de communiqué, la PDG par intérim de TransLink, Gigi Chen-Kuo, se dit satisfaite d'en savoir plus sur l'impact du cuivre sur les virus comme celui à l’origine de la pandémie actuelle.

Cette recherche pourrait nous aider, ainsi que d'autres compagnies, à garder les surfaces dans des espaces publics très fréquentés aussi propres que possible, précise-t-elle.

La première phase du projet pilote s’est étalée sur cinq semaines. Les tests ont été faits dans deux trolleybus qui font des trajets parmi les plus achalandés de la ville et dans deux SkyTrain.

Une deuxième phase commencera dans les prochains mois et étudiera un échantillon plus large pour comparer les résultats, en testant le cuivre sur une période plus longue sur davantage de véhicules de transport en commun. Les tests se concentreront également sur les produits les plus efficaces déterminés dans la phase 1.

Pour ce projet, TransLink s’est associée avec l’entreprise minière Teck Resources Limited, la régie de la santé Vancouver Coastal, l’Hôpital général de Vancouver et l’Université de la Colombie-Britannique.

Avec les informations de Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !