•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : le défenseur de la jeunesse promet un examen en profondeur

Le défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick, Norman Bossé

Le défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick, Norman Bossé

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le défenseur des enfants au Nouveau-Brunswick Norman Bossé promet qu’il mènera un examen « approfondi » et « public » des services de santé mentale pour les enfants et les jeunes à la suite de la mort de Lexi Daken.

Nous devons tirer les leçons de ces tragédies afin d’éviter de nouvelles pertes de vie. C’est pour cette raison que notre bureau va entamer un examen approfondi et poursuivre l'enquête durant les mois à suivre, indique le défenseur Norman Bossé, vendredi matin.

Il affirme que sa révision pourrait être achevée d'ici le 31 juillet.

L’adolescente de 16 ans, qui habitait à Maugerville, près de Fredericton, s'est suicidée. Selon sa famille, le système de santé a échoué au moment où elle avait besoin d’aide.

Lexi Daken, souriante, dans un parc.

La personnalité enjouée et le sourire de la jeune de Lexi masquaient sa douleur intérieure, explique sa mère, Shawna Betts.

Photo : Gracieuseté/Chris Daken

Transportée à l’hôpital Dr Everett Chalmers de Fredericton le 18 février, elle a attendu huit heures pour consulter un professionnel de la santé mentale. Elle a fini par quitter l’hôpital avec une référence médicale, mais la famille n’a reçu aucun appel et l’adolescente s'est enlevé la vie le 24 février.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick Dorothy Shephard a écarté cette semaine l’idée d’une enquête publique et indiqué qu’elle demanderait à la place au bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse de mener une révision des soins d’urgence en santé mentale.

Cet hôpital relève du Réseau de santé Horizon. Dans une déclaration écrite produite le 26 février, le vice-président Jean Daigle a offert ses condoléances à la famille et expliqué qu'une révision des procédures aura lieu à l’interne afin de déterminer de possibles améliorations.

Des conclusions publiques d'ici juillet

La famille de Lexi Daken et le Parti vert du Nouveau-Brunswick réclamaient la tenue d'une enquête publique. Le défenseur des enfants explique que le format d'examen indépendant a été privilégié pour des raisons de coûts, mais aussi de temps.

Enquête publique et révision, quelle différence?

Une enquête publique est un processus qui est habituellement plus transparent et ouvert qu'une révision. Une révision a lieu derrière des portes closes et les conclusions ne sont pas toujours partagées publiquement.

Alors qu'une enquête publique peut prendre plusieurs années, Norman Bossé entend produire son rapport avant la fin de son mandat actuel, le 31 juillet 2021. Il assure que les conclusions seront rendues publiques.

En juillet dernier, l’Assemblée législative a prolongé mon mandat d’une année supplémentaire. Avant de quitter mes fonctions, j’ai l’intention de mener à bien ce travail exhaustif. Cet examen sera rendu public. Il sera approfondi. Il aura toutes les garanties de l’indépendance qui implique un examen par un haut fonctionnaire de l’Assemblée législative, explique M. Bossé.

Il ne s’agit pas de dupliquer les examens précédents de son bureau sur les services de santé mentale, mais ce sera tout de même une occasion de revenir sur d'anciennes recommandations qui sont restées sur la glace.

C’est le temps d’agir et nous sommes prêts à mettre en lumière les lacunes du système ainsi que les mêmes recommandations qui devraient être mises en œuvre pour améliorer la situation, immédiatement et à plus long terme, affirme Norman Bossé.

À l'écoute de toutes les parties prenantes

Le défenseur entend consulter plusieurs intervenants dans le cadre de son examen, y compris les jeunes qui, dit-il, doivent faire partie de la solution.

Nous allons être à l’écoute des gens qui ont vécu une tragédie comme celle-ci ainsi que les parties prenantes durant ce processus d’examen sur les soins de santé mentale pour les jeunes et la prévention du suicide chez les jeunes, assure-t-il.

Je m’engage concrètement [à] écouter tous ceux qui voudront être entendus sur ce sujet.

Une citation de :Norman Bossé, défenseur des enfants au Nouveau-Brunswick

Son bureau, ajoute-t-il, consultera des experts de différentes régions du pays et d’ailleurs s’il le faut. Son but est de mettre de l’avant des recommandations qui assureront des pratiques exemplaires dans le domaine pour que les enfants et les jeunes aient accès aux services de santé mentale dont ils ont besoin.

Pour obtenir de l'aide :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !