•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse signale deux nouveaux cas de COVID-19 vendredi

Robert Strang en conférence de presse.

Le docteur Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 5 mars 2021 à Halifax.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Seuls deux tests de dépistage de la COVID-19 sur 5589 se sont révélés positifs jeudi, annonce vendredi le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Les deux personnes qui ont contracté le virus s'isolent dans la région centre de la province, qui comprend Halifax. L'une d'elles a eu des contacts avec un cas déjà signalé. L'infection de la deuxième personne fait l'objet d'une enquête.

Le total de cas actifs s'élève ainsi à 31. Trois personnes atteintes reposent à l'hôpital, dont une aux soins intensifs. Aucun rétablissement n'a été annoncé depuis la veille.

Vaccination : problèmes pour la prise de rendez-vous

Durant la conférence de presse de vendredi après-midi, le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse a reconnu que la province allait devoir faire mieux pour faciliter l’inscription des personnes âgées pour qui c’est le tour d’être vaccinées contre la COVID-19.

Le site Internet de la province, où il est possible de s’inscrire pour se faire vacciner, a été inaccessible pendant plusieurs heures après son lancement, à cause de la forte demande.

Nous avons besoin de faire mieux et nous ferons mieux, a promis le docteur Robert Strang.

Il a expliqué que les personnes de 80 ans et plus seront divisées en trois groupes pour la vaccination, selon leur date d'anniversaire. La prise de rendez-vous pour celles dont la date d’anniversaire est du 1er janvier au 30 avril reprendra à 7 h lundi matin.

Des rendez-vous seront disponibles plus tard en mars pour les personnes de 80 ans et plus nées de mai à août, puis celles nées de septembre à décembre.

Une aiguille introduite dans une fiole du vaccin de Moderna.

Une fiole du vaccin de Moderna contre la COVID-19.

Photo : CBC / Grant Linton

Un an d'état d'urgence

Le gouvernement prolonge l'état d'urgence jusqu'au 21 mars. Il avait a déclaré l'état d'urgence pour la première fois le 22 mars 2020.

Cette mesure exceptionnelle donne notamment au gouvernement plus de pouvoirs et de latitude pour lutter contre la pandémie.

Levée de plusieurs restrictions

Quant à la levée de plusieurs restrictions dans la région d'Halifax vendredi matin, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Ian Rankin, félicite ses concitoyens qui respectent les consignes de santé publique ainsi que les milliers de personnes qui ont subi un test de dépistage ces derniers jours. Il rappelle qu'il faut toujours demeurer vigilant malgré tout.

Le médecin hygiéniste en chef Robert Strang explique que l'origine d'un certain nombre de cas n'est toujours pas déterminée. L'enquête dans certains cas est complexe, dit-il, parce que des personnes ont eu un grand nombre de contacts et qu'il peut toujours y avoir des cas non détectés dans la région d'Halifax.

Il invite toujours les gens qui ont beaucoup de contacts dans le cadre de leur travail ou d'autres activités à demander un test de dépistage par précaution, même en l'absence de symptômes.

Un nouveau vaccin et bientôt un nouveau plan

Le premier ministre Rankin se réjouit de l'approbation du vaccin anti-COVID-19 du fabricant Johnson & Johnson par Santé Canada, le quatrième approuvé au pays jusqu'à présent.

La Nouvelle-Écosse a formulé un plan pour administrer le vaccin du fabricant AstraZeneca, le troisième du genre approuvé au Canada. M. Rankin prévoit de donner plus de détails sur ce plan la semaine prochaine.

Lors d'une mêlée de presse la veille, il a affirmé que tous les Néo-Écossais qui le souhaitent pourraient être vaccinés d'ici juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !